RMC

Avec le réchauffement climatique, le massif de l'Oisans en Isère risque de disparaître d'ici 50 ans

Le changement climatique s'accélère, souligne le GIEC. La preuve en France où en 20 ans, le glacier du massif de l'Oisans en Isère a perdu 45m d'épaisseur sur sa partie basse.

La situation de la planète est encore plus grave que prévue. Le réchauffement climatique s’accélère et certaines conséquences sont déjà "irréversibles pour des siècles ou des millénaires" alerte le GIEC dans son rapport publié lundi.

Aux Deux Alpes, dans le massif de l’Oisans en Isère, les habitants en voient la preuve tous les jours. Sous leurs yeux, le glacier fond d'année en année.

LIRE AUSSI >> Le dérèglement climatique va-t-il aussi nous appauvrir? Comment nos habitudes alimentaires vont être bousculées

Pas question d'arrêter de skier

"Avant, on voyait beaucoup moins le sol. C’était bien plus blanc", assure Christophe, régulièrement en vacances dans ce coin qu’il connaît bien. À ses côtés, sa fille Séléna est inquiète. "Ça fait peur, on se demande comment ça va être plus tard?", lance la jeune femme.

En 20 ans, le glacier a perdu 45m d'épaisseur sur sa partie basse et il pourrait complètement disparaître d’ici 50 ans si rien n’est fait.

Mais pour Arnaud Guerrand, responsable neige de la station des Deux Alpes, pas question d’arrêter de skier. La pratique n'entame pas le paysage, bien au contraire.

"Pour skier, il faut entretenir le glacier au moyen de dameuses. L’action mécanique va compacter la neige et va faire en sorte que l’on garde la neige le plus longtemps possible sur la glace pour la protéger de la fonte."

Pour sensibiliser les vacanciers, la station veut emmener les touristes directement sur le glacier. Histoire de voir les conséquences climatiques par eux-mêmes.

"On est persuadé qu'en voyant la glace, par toucher la neige, par comparer des photos. Les gens peuvent se dire, oui c’est une réalité", espère Jean-Charles Thomas, directeur d’établissement les Deux Alpes.
Benoît Ballet (avec LC)