RMC

"Un quartier où règne la violence": un médecin de Marseille ferme son cabinet après des agressions

Médecin généraliste dans le 15e arrondissement de Marseille, Saïd Ouichou a décidé de fermer son cabinet après avoir subi plusieurs agressions.

Un médecin des quartiers nord de Marseille claque la porte à cause de la violence. Le Dr Saïd Ouichou, victime de plusieurs agressions, a décidé de fermer son cabinet dans le 15e arrondissement et de s’installer "un peu plus loin" dans une structure collective. "Je ferme le cabinet pour changer de lieu, explique-t-il dans ‘Apolline Matin’ ce jeudi sur RMC et RMC Story. Car c’est un lieu qui présente beaucoup de problèmes. A la suite d’une énième agression, verbale mais violente quand même, j’ai décidé de partir."

Ce qui a poussé ce médecin généraliste à partir, c’est une ultime agression ce lundi. "Comme ça arrive souvent, des patients exigent d’être inscrits sur le carnet des rendez-vous, raconte le Dr Saïd Ouichou. On leur explique que c’est complet mais ils insistent. Ils veulent être vus tout de suite, immédiatement. Quand on leur dit que ce n’est pas possible, c’est tout de suite des insultes. Il voulait me frapper, carrément, lundi dernier. Des patients se sont interposés."

"La justice ne fait rien contre ça"

Selon le Dr Saïd Ouichou, "la violence s’est installée de plus en plus". "Il y a un laisser-aller, un abandon de ce quartier, dénonce-t-il. Les gens commencent vraiment à faire la loi. Il y a une impunité. J’ai porté plainte plusieurs fois et à chaque fois, ça a été classé sans suite. On ne considère pas l’agression d’un médecin, au même titre que n’importe quel citoyen. Vous pouvez être agressé et l’agresseur continue de passer devant votre cabinet, voire même de vous narguer, parce que ça arrive. La justice ne fait rien contre ça."

Dans ce quartier marseillais, les médecins ne sont pas les seuls à subir des violences. "Les gens le savent, ils peuvent se comporter de manière très agressive et ne pas être inquiété par la justice, ni par la police, qui n’a pas les moyens de venir dans ces quartiers et d’assurer la sécurité, assure le Dr Saïd Ouichou. Je parle aussi au nom de cette population qui souffre dans ces quartiers-là, que ce soit les citoyens, les commerçants, les pharmaciens… Tout le monde souffre de l’insécurité et de la violence dans ces quartiers."

LP