RMC

Vaccination: et si l'Europe n'était pas si nulle que ça?

EXPLIQUEZ-NOUS - L’Europe est unanimement critiquée pour sa campagne de vaccination jugée trop lente. Mais les choses sont en train de changer. Et si l'Union européenne n’avait pas été aussi mauvaise qu’on le dit?

L’Europe a t elle vraiment été nulle sur la vaccination ? Ce qui est sûr, c’est que les choses ont mal commencé. L’Union européenne a été bureaucratique et tatillonne. Elle a perdu des semaines avant de signer des accords avec les grands labos sous prétexte de négocier les meilleurs prix.

Elle a autorisé les vaccins trois semaines après les Anglais, deux semaines après les Américains. Et chaque semaine de retard c’est beaucoup d’argent et de vie perdus.

Ensuite, l'Europe a été naïve en ne prévoyant pas de pénalités de retard et on connaît la suite. Les laboratoires ont été très en retard et n’ont pas tenu leur promesse au cours du premier trimestre. D'où les pénuries que l’on connaît actuellement.

>> A LIRE AUSSI - INFOGRAPHIE - 10 millions de vaccinés en France: où en sont nos voisins européens? 

Qu’est ce qui a bien marché? 

Et bien d’abord la solidarité des 27. Souvenez-vous de ce qui se passait pour les masques il y a un an. Tous les pays se battaient a coup de valises de billets sur le tarmac des aéroports chinois. Les Tchèques avaient détourné des masques achetés par les Italiens.

Une telle bataille de chiffonniers sur les doses de vaccins aurait pu être désastreuse. Et c’est pour éviter cela qu’en juin dernier, les Européens ont décidé d’unir leurs forces et de partager les doses équitablement. D’accord, on a surtout partagé les pénuries jusqu'à présent mais au moins on ne s’est pas fait la guerre.

Et les vaccins vont enfin arriver plus massivement

Depuis le temps qu’on le dit cela va finir par être vrai. Pour l’instant 84 millions d'Européens ont reçu au moins une dose. Ce qui place l’Union européenne en quatrième position derrière les Etats-Unis, la Chine et l’Inde. En pourcentage de la population vaccinée c’est vrai que c’est deux fois moins bien que les Etats-Unis qui avait passé des commandes massives beaucoup plus tôt.

Mais pour nous, les choses sérieuses commencent maintenant. L'Union européenne table sur la livraison de 300 à 360 millions de doses avant le 30 juin. Cela devrait suffire pour vacciner 70% de la population adulte.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: où va l'argent des vaccins?

Pour la suite, l’Europe à commandé 2,6 milliards de doses. Pour 450 millions d’habitants c’est beaucoup plus que nécessaire. L’Europe aura bientôt d’énormes réserves.

Plus surprenant, l'Europe va aussi très rapidement devenir l'usine du monde pour la fabrication des vaccins. Ce n’est pas l’Inde, ni les Etats-Unis, ni la Chine, c’est l'Europe. D’ici la fin de l’année, on sera capable de produire plus de 2 milliards de doses par an avec plus de 70 usines dont au moins 5 en France.

Les Européens ont aussi joué un rôle majeur dans la découverte des vaccins

S’il existait un patriotisme européen, ce qui n’est pas le cas, on aurait de quoi être fier. Le plus grand labo, Pfizer est américain mais son PDG est un Grec de Thessalonique. Moderna est américain, avec un PDG Français. AstraZeneca est Britannique avec un PDG Français.

Le prochain vaccin autorisé, le Johnson&Johnson a été entièrement conçu par la filiale européenne du groupe américain. La société Jansen qui est basée à Anvers en Belgique.

Le vaccin suivant, très attendu, est celui de Curevac, une société Allemande fondée par un français, Steve Pascalo, fils d’ouvrier de l’Oise, pur produit de l'école normale supérieure. Les inventeurs du vaccin Pfizer-BioNtech sont un couple d’Allemands d'origine turque basé à Mayence. 

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: l'histoire d'amour derrière la découverte du vaccin

Et surtout, celle qui est considérée comme la mère de la technologie de l’ARN messager, est une chercheuse hongroise, Katalin Kariko. Elle est passée par les Etats-Unis mais les Américains ne l’ont pas reconnu, ils l’ont même rejeté et c’est finalement en Allemagne que ses recherches ont abouti.

Bref, ceux qui ont sauvé le monde, ceux qui ont toutes les chances d'obtenir le prochain prix Nobel de médecine, sont presque tous des européens. Bref, on n’est pas si nuls...

Nicolas Poincaré (avec J.A.)