RMC

Vaccination obligatoire pour les soignants, pass sanitaire étendu, retour du masque: ces décisions déjà prises avant l'allocution d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s'adresse aux Français lundi soir pour présenter des mesures contre le variant Delta du Covid-19 dont la progression contrarie la relance et les "jours heureux" du déconfinement. Et voici ce qu'il va annoncer.

Que va dire Emmanuel Macron? Le chef de l'Etat s'adresse aux Français lundi soir pour présenter des mesures contre le variant Delta du Covid-19 dont la progression contrarie la relance et les "jours heureux" du déconfinement.

Le chef de l'Etat "parlera de la situation sanitaire et de son évolution" et "de l'importance de la vaccination", selon son entourage, alors que le Conseil scientifique pousse à la rendre obligatoire pour certaines professions, dont les soignants. Mais il devrait surtout détailler les mesures validées en Conseil de défense, prévu à 10h, sur une éventuelle obligation vaccinale pour les soignants ou une extension du pass sanitaire.

Deux annonces dont plus personne ne doute ce matin au plus haut sommet de l'Etat: la vaccination obligatoire pour les soignants, comme les médecins, les pompiers, les aides-soignants semble faire consensus.

Un projet de loi est dans les cartons depuis plusieurs jours, et les choses devraient s'accélérer, puisque ce texte devrait être voté dès la fin du mois: il va être examiné en Conseil des Ministres et passer au Conseil d'Etat, avant son examen au Parlement, Assemblée Nationale-Sénat.

L'objectif de l'Exécutif est bien d'accélérer la vaccination, alors qu'Olivier Véran, le ministre de la Santé, redoute une nouvelle hausse des hospitalisations et plus de 20 000 nouveaux cas par jour début août.

Ce qui n'empêche pas que des questions très pratiques se posent: comment faire appliquer la vaccination obligatoire? Quelles sanctions pour les soignants qui la refusent encore? François Bayrou, le président du Modem, très proche d'Emmanuel Macron, prône une solution radicale: la suspension pour les soignants qui refuseraient de se faire vacciner contre le Covid-19.

Emmanuel Macron devrait donc se lancer ce soir dans un véritable plaidoyer pour la vaccination. Le ministère de la Santé a par ailleurs annoncé que 27,4 millions de personnes avaient reçu deux doses, c'est 40% de la population du pays. 

Deuxième annonce: l'extension du pass sanitaire, qui pourrait désormais être obligatoire pour entrer dans les salles de sport, les cinémas, les théâtres et peut-être même au restaurant. Les derniers arbitrages seront rendus dans la matinée.

Mais avec la fin de l'état d'urgence sanitaire, le gouvernement n'a pas beaucoup de leviers: pas de confinement ni de couvre-feu donc à attendre ce soir.

En revanche, il peut encore renforcer les modalités d'isolement pour les malades ou encore les contrôles aux frontières, notamment avec des pays comme l'Espagne ou le Portugal, où le variant Delta se propage très vite. Les préfets peuvent eux aussi décider de prendre des mesures très locales, comme rendre à nouveau le masque obligatoire en extérieur, comme c'est déjà le cas dans certaines villes touristiques comme Nice, Saint-Malo ou Le Touquet.

Où est passée la réforme des retraites?

Emmanuel Macron évoquera aussi "la bonne santé de l'économie française et l'importance de la relance". L'objectif premier de son intervention était de définir le cap pour les dix derniers mois du quinquennat, en particulier sur les réformes comme celle des retraites. 

Souvenez-vous: début juin, Emmanuel Macron évoquait des "décisions difficiles" à prendre cet été. Il pensait bien sûr à la réforme des retraites, mais une fois de plus, le COVID le rattrape. Et un report de l'âge de départ à la retraite avant la fin du quinquennat semble avoir du plomb dans l'aile. Un dossier explosif, et une crainte de réveiller la contestation. "Mais il sera évidemment question de relance économique" persiste un de ses conseillers.

Emmanuel Macron reçoit d'ailleurs les représentants de la filière automobile à 11h30 à l'Elysée, après le Conseil de défense sanitaire. Selon le magazine Challenges, des annonces en faveur de la jeunesse sont aussi attendues, notamment l'extension de la garantie jeunes de 500 euros, dont devraient bénéficier 1 million de jeunes précaires, contre 200.000 aujourd'hui. 

Paul Barcelonne (avec XA)