RMC

Emmanuel Macron choisit Jean Castex pour prendre la tête de la RATP

Le président de la République Emmanuel Macron a choisi Jean Castex pour prendre la tête de la RATP. Ce choix a été salué par Valérie Pécresse, présidente d'Île-de-France-Mobilités.

Jean Castex dans le métro. L'image avait fait le tour des réseaux sociaux. Une photographie qui prend un tout autre sens quand, un mois plus tard, l'ancien Premier ministre a été choisi par Emmanuel Macron pour prendre la tête de la RATP. Les deux hommes se sont rencontrés ce week-end et la Haute autorité de transparence de la vie publique a donné son feu vert, lundi soir, à cette nomination, selon une source proche du dossier.

Castex voulait la SNCF

L’ancien Premier ministre, passionné des transports, avait d’abord jeté son dévolu sur la SNCF, explique la publication spécialisée Mobilettre, mais devrait finalement prendre la tête de la régie des transports parisiens, orpheline de sa PDG Catherine Guillouard qui a rendu sa démission pour raison personnelles après cinq ans de mandat.

Jean Castex doit encore être auditionné par les commissions parlementaires puis par le Conseil des ministres, avant d'être officiellement nommé. Mais en coulisses, une source syndicale s’agace de son arrivée:

“C’est quelqu’un qui ne connaît rien aux transports”, dit-elle, quand bien même il s’y intéresse.

D'autant plus que le processus de recrutement a commencé il y a déjà un mois et que de nombreux candidats et candidates ont déjà passé un entretien "d'embauche" pour ce poste stratégique. Un processus court-circuité par le choix du chef de l'État.

Un choix salué par Valérie Pécresse

Sur Twitter, la président de la région Île-de-France et présidente l'autorité régulatrice des transports franciliens, Île-de-France-Mobilités, Valérie Pécresse a salué cette nomination tout en espérant que "son arrivée mettra fin à l’indifférence et à l’inaction du gouvernement vis-à-vis des transports du quotidien et de leurs usagers."

"Heureuse de voir Jean Castex reprendre les rênes du groupe RATP à un moment si crucial", tweete-t-elle.

Dans Estelle Midi, sur RMC et RMC Story, le journaliste Thierry Moreau, chroniqueur dans l'émission, voit un haut-fonctionnaire qui prend la tête d'une administration, "ce qui ne (le choque pas). A 57 ans, c'est mieux qu'il ait un boulot plutôt que de le payer à rien faire chez lui, car les hauts-fonctionnaires sans poste sont toujours payés." De son côté, Fatima Benomar a dit espérer qu'il profitera de son arrivée pour accorder une augmentation aux salariés de la RATP.

À deux ans des Jeux olympiques et paralympiques de Paris, à un an de la Coupe du monde de rugby en France et alors que les premières livraisons des lignes du Grand Paris Express sont prévues pour 2024, le poste de président de la RATP est stratégique. De plus, la situation de prédominance de la RATP au sein des transports parisiens va être remise en question avec l'ouverture à la concurrence, prévue pour les bus parisiens à partir du 1er janvier 2025 et pour les métros et RER en 2040.

Depuis son départ de Matignon, en mai dernier, et après le refus de participer à la nouvelle équipe gouvernementale d'Élisabeth Borne, Jean Castex avait déjà été nommé à un poste lié à la thématique des transports, mi-août dernier, en prenant la présidence du conseil d'administration de l'Agence de financement des infrastructures de France (Afit).

https://twitter.com/mmartinezrmc Maxime Martinez Journaliste RMC