RMC

"Mon véhicule s’est retrouvé à contresens et sur le flanc": pour sensibiliser les automobilistes, une exposition de véhicules de patrouilleurs percutés à Orléans

Une opération intitulée "Exposé", comme l'est le personnel face aux véhicules lorsqu'il est déployé sur les routes, et qui a vocation à sensibiliser les automobilistes aux risques que prennent ces "hommes et femmes en jaune".

Ce week-end, nouveau chassé-croisé sur la route des vacances, le deuxième plus important de l'été. Samedi rouge dans le sens des départs, la région Auvergne - Rhône-Alpes est même classée noire demain.

Pour l'occasion, sur l'aire d'autoroute d'Orléans Saran, Vinci Autoroutes a regroupé 26 de ces fourgons percutés ces derniers mois par des automobilistes inattentifs. 

>> A LIRE AUSSI - Sécurité routière: pourquoi les chauffeurs poids-lourds sont plus exposés à des risques pour leur santé

Portière arrachée, pneu éclaté, tôle déformée par le choc. Sur l'aire d'autoroute d'Orléans-Saran, les fourgons jaunes fluos alignés impressionnent Etienne, automobiliste de passage.

“26 fourgons percutés sur six mois, c’est énorme pour moi. Ça me rappelle qu’il faut être doublement vigilant”, indique-t-il.

Une vigilance qui fait trop souvent défaut. Stéphane, patrouilleur routier, en a fait l'expérience. En 2018, alors en opération, son fourgon a été percuté de plein fouet par un 40 tonnes. “Mon véhicule a fait 70 mètres et s’est retrouvé à contresens et sur le flanc", détaille-t-il.

Les distances de sécurité trop peu respectées

Heureusement loin du véhicule à ce moment, il n'en reste pas moins marqué. “Ça ne s’est pas joué à grand-chose, j’aurais pu être en train de retirer mes connes. On se dit que ça n’arrivera pas, mais sur le moment, on se pose pas mal de questions”, admet-il.

En moyenne, un véhicule d'intervention des patrouilleurs sur le réseau VINCI Autoroutes est percuté chaque semaine. Et l'été, c'est encore pire, assure Stéphanie de Valence, directrice régionale adjointe.

“On a eu cinq heurts en quinze jours. Malheureusement, il y a des gens qui ne regardent pas la route et ne font pas attention. On espère choquer et attirer l’attention de tous ceux qui passeront. Quand vous voyez comme ils sont visibles, c'est presque incompréhensible”, regrette-t-elle.

Pour l'instant, selon Vinci Autoroutes, ce sont encore 70% des conducteurs qui ne respectent pas systématiquement les distances de sécurité. 

Aymeric Dantreuille avec Guillaume Descours