RMC

Stop au racket des automobilistes: les Républicains distribuent des tracts pour les Gilets jaunes

RMC
Alors que le mouvement du 17 novembre, contre la hausse des prix des carburants, se structure de plus en plus, les Républicains ont commencé à distribuer ce week-end plus d'1,4 million de tracts pour dénoncer "le racket des automobilistes", comme sur ce marché de l'Essonne.

"Stop au racket des automobilistes": le premier tract distribué est accrocheur, avec un sujet d’actualité. "Le gouvernement doit annuler toutes les hausses de taxes sur les carburants! "peut-on lire ensuite. Mais très rapidement, un deuxième tract: "Je vous laisse un deuxième tract pour le député" explique une militante Les Républicains de l'Essonne, glissant un papier par le fenêtre d'une voiture.

"Je travaille à 11km de chez moi, je suis tout le temps dans les bouchons" confie Angélique, très sensible, à la hausse du prix à la pompe. "Je fais 2-3 pleins par mois, ça représente 250 euros par mois... pour si peu de kilomètres! Ca fait beaucoup" sourit-elle.

Le parti présidé par Laurent Wauquiez a commencé à distribuer ce week-end plus d'1,4 million de tracts pour dénoncer les hausses du prix des carburants, à travers tout le territoire durant le mois de novembre. Parmi les premiers à les distribuer: les militants de l’Hérault et de l’Essonne.

Le département francilien est en effet l'objet des attentions puisque le lendemain de la mobilisation du 17 novembre aura lieu une élection législative partielle dans la 1ere circonscription, ancien fief de Manuel Valls convoité par la droite...

"Nous ne faisons pas de récupération, nous accompagnons un mouvement"

"Nous ne faisons pas de récupération du mouvement citoyen du 17 novembre. Nous accompagnons un mouvement avec lequel nous sommes d'accord. Nous sommes là pour montrer cette détermination à obtenir une modification de la politique gouvernementale en matière de financement" se dédouane Jean-François Bayle, futur candidat Les Républicains.

Et de répèter ses propositions: suppression de toutes les hausse de taxes décidées depuis 2017 et renforcement de la prime à la casse. 

Pas de quoi convaincre Moustapha, philosophe: "Je connais pas son programme, je ne sais pas ce qu'il veut... Il faut que je me renseigne d'abord".

Rémi Ink & XA