RMC

ZFE: les règles évoluent au 1er janvier dans plusieurs métropoles, non sans controverses

Qui dit 1er janvier dit nouvelles réglementations. Dès dimanche, les véhicules Crit'Air 4 et 5 ne pourront plus circuler dans la ZFE (zone à faible émission) de Toulouse (Haute-Garonne). Objectif: faire baisser la pollution atmosphérique. Pourtant pour certains, il est impossible de racheter une voiture.

À partir du 1er janvier, les règles de certaines ZFE (zones à faibles émissions) vont changer.

À Lyon (Rhône), c'est la fin de la période pédagogique pour les véhicules particuliers. À Montpellier (Hérault) et Nice (Alpes-Maritimes), c’est au tour des voitures particulières Crit’Air 5 d’être bannies. À Reims, la période pédagogique prend fin pour pour les Crit’Air 4 et à Strasbourg, les Crit’Air 5 sont officiellement bannis, avec un début des verbalisations.

Dans la ZFE de Toulouse, il sera interdit, dès ce dimanche, de circuler avec des véhicules classés Crit'Air 4 et 5. Il s'agit des voitures à essence, d'avant 1997 et les diesel d'avant 2006. Pour les deux-roues, sont concernés ceux qui ont été immatriculés avant 2004.

Beaucoup n'ont pas les moyens de changer de voiture

L'objectif est de faire baisser la pollution atmosphérique dans les centres-villes, mais le problème, c'est que certains n'ont simplement pas la chance de pouvoir changer de véhicule.

"Je n'ai pas les moyens pour changer la voiture. J'ai un loyer à 600 euros, plus les assurances voiture et maison, les téléphones, le carburant...", déplore Abderrahim, propriétaire d'une voiture Crit'Air 4, de 2003.

Ce salarié vit à la périphérie de Toulouse et gagne 1.600 euros par mois. Alors vu le prix d'une voiture récente, cela semble impossible. Pourtant, il a bien essayé de se débarrasser de la sienne pour pouvoir s'offrir une nouvelle qui rentre dans les normes, en vain.

"Je l'ai mise sur Le bon coin, il n'y a personne qui veut l'acheter. Je ne peux pas la changer, donc comment je vais faire pour aller au travail?", s'interroge-t-il.

Des transports en commun insuffisants?

De nombreuses associations écolos considèrent que la Métropole n’a pas anticipé les transports alternatifs.

"Ce qu'on dit depuis longtemps, c'est qu'on devrait avoir des trains cadencés à la demi-heure, de 5h à 00h, en optimisant l'existant, en faisant plus rouler les trains qu'on a déjà sur les voies qu'on a déjà. C'est une course contre la montre parce que pour des avancées en 2024, il faut se mettre d'accord avant fin mars", explique Benoit Lanusse, président de l'association "Rallumons l’Etoile".

En attendant, un pass "sans vignette Crit’Air" sera mis en place pour les particuliers qui se déplacent occasionnellement à Toulouse. Il permettra de circuler 52 jours par an dans la ZFE, soit un jour par semaine.

AB avec Jean-Wilfrid Forquès et Thomas Chupin