RMC

Paris-New York en 30 minutes… en fusée: le nouveau projet fou de Space X

Paris-New York en fusée, ce sera peut-être possible d’ici cinq ans. C’est l’un des projets fous de Space X, l’entreprise spatiale d’Elon Musk, avec des vols ultra-rapides qui permettraient de relier n’importe quel point du globe en moins d’une heure.

Un vol de 30 minutes pour Paris-New York, contre 7 heures aujourd’hui. Cette promesse, c’est celle de Gwynne Shotwell, la présidente de Space X, de passage à Paris ces derniers jours. La fusée Starship, qui doit d’ici quelques années ramener l’homme sur la Lune et ouvrir la voie à la conquête de Mars, pourrait aussi être utilisée sur Terre pour des vols long courrier. Ces vols pourraient embarquer une centaine de passagers et seraient évidemment très, très rapides: 27.000 km/h ! De quoi relier Paris à New York en une demi-heure ou Sydney en 50 minutes environ. Pour préparer vos vacances, attendez-vous quand même à quelques petits changements. Les vols partiraient non pas d’aéroports mais de pas de tirs, qui se trouveraient dans un premier temps en mer et d’ici quelques années sur la terre ferme. Une fois installés dans la fusée, accrochez bien vos ceintures: décollage à la verticale (ben oui, c’est une fusée), l’engin sort de l’atmosphère terrestre, fonce au-dessus de la Terre à 450 km/minute, avant d’y rentrer et d’atterrir en douceur, toujours à la verticale... Un sacré tour de manège pour les passagers !

Est-ce que c’est crédible ? On a quand même quelques inconnues. Est-ce qu’il faudra une formation façon Thomas Pesquet pour ne pas vomir son petit déjeuner au décollage ? La patronne de SpaceX dit que tout sera fait pour que ces voyages soient "les plus doux possibles". En termes de sécurité, on a encore vu la nuit dernière une capsule Blue Origin, l’entreprise de tourisme spatial de Jeff Bezos, s’écraser (heureusement sans passager). Et aussi, quel sera le prix des billets ? On peut l’imaginer... astronomique. Quand on parle d’Elon Musk, il y a toujours ce petit doute qui plane: à la fois on peut lui faire crédit d’être un inventeur et un industriel de génie, Tesla et SpaceX le prouvent, mais c’est aussi un champion du marketing. Et en général, il est très, très optimiste sur les calendriers... Pour rappel, il y a deux ans, il nous disait que la première mission habitée vers Mars pourrait être lancée en 2024.

Des avions "hypersoniques" en projets

A l’heure de la sobriété énergétique, ça risque aussi de poser quelques questions... La fusée, c’est encore pire que l’avion. Ça ressemble quand même à un joujou pour ultra-riches et pas à grand-chose d'autre... Ce n’est pas très "fin de l’abondance" comme innovation… L’empreinte carbone d’une fusée au décollage est infiniment plus grande que celle d’un A380 qui traverse l’Atlantique. Mais il faut savoir que ce genre de projets se multiplie. Là, on parlait de fusées mais il y a aussi des avions dits "hypersoniques", qui volent à plus de cinq fois la vitesse du son (le Concorde était un avion supersonique, là c’est la catégorie d’après). Le dernier projet en date a été présenté il y a quelques mois : le Stargazer ("l’observateur des étoiles") pourra voler à plus de 10.000 km/h… C’est conçu par une startup américaine, Venus Aerospace, qui promet un Tokyo-Los Angeles en une heure chrono, contre 11 heures aujourd’hui. Et ça ne s’arrête pas là. Car ces vols intercontinentaux à très haute vitesse intéressent aussi beaucoup l’armée américaine. Parmi les scenarios envisagés (ou fantasmés) par le Pentagone, des forces spéciales qui pourraient intervenir à n’importe quel endroit du monde en moins de deux heures à bord de ces fusées futuristes.

Anthony Morel