RMC

TOUT COMPRENDRE - Apnée du sommeil: pourquoi des appareils Philips inquiètent énormément des malades

Des patients atteints d'apnée du sommeil et aidés par des respirateur de la marque Philips accusent ceux-ci d'être à l'origine de leurs problèmes de santé. Et pour certains de leurs cancers. Une procédure collective en justice va être lancée.

Les appareils de Philips contre l'apnée du sommeil provoquent-ils des cancers? Après la diffusion de témoignages de patients sur RMC utilisant de telles machines, l'Agence nationale de santé du médicament, l'ANSM, s'est saisie du dossier et appelle Philips à procéder au remplacement plus rapidement, sous peine de poursuites judiciaires. Malgré un rappel de centaines de milliers d'appareils par le fabricant il y a plus de huit mois, des centaines d’utilisateurs affirment ne pas avoir été tenus au courant du problème.

  • L'apnée du sommeil, c'est quoi?

Le syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS), ou plus simplement l'apnée du sommeil, est un trouble de la respiration nocturne. Ce syndrome se matérialise avec des épisodes anormalement fréquents d’interruptions (apnées) de la respiration pendant le sommeil.

Pendant 10 à 30 secondes, la respiration d'un patient va s'interrompre. Ces interruptions vont se répéter au moins 5 fois par heure de sommeil et parfois une centaine de fois dans la nuit. Privé d'oxygène, le patient est obligé de se réveiller pour reprendre sa respiration lors de "micro-éveils" dont il n'a pas conscience. Dans 80% des cas, le ronflement est un des symptômes observé chez le patient.

Ces troubles du sommeil provoquent des fatigues intensives pendant la journée, des troubles de concentration et de l'humeur. Et à long terme, favoriserait la survenue d'insuffisances cardiaques et d'AVC.

Les mécanismes de l'apnée du sommeil
Les mécanismes de l'apnée du sommeil © Ameli
  • Qui est concerné?

Environ 4% des Français, soit 2,6 millions de personnes, seraient concernés par des troubles d'apnée du sommeil, mais ce chiffre pourrait être sous-estimé. Tout le monde peut être touché par l'apnée du sommeil mais les hommes, en particulier en surpoids, sont plus à risque que les autres. L'Inserm, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, estime que 2% des enfants de 2 à 6 ans en sont aussi victimes.

  • C'est quoi le problème avec les appareils Philips?

Pour mieux respirer pendant la nuit, les personnes atteintes d'apnée du sommeil peuvent se faire aider avec des appareils respiratoires dits PPC (Pression positive continue). Il s'agit de machines fournissant un débit continu d'air pressurisé, grâce à un masque respiratoire qui se met sur le nez et la bouche pendant la nuit.

À l'intérieur de ces dispositifs, on retrouve une mousse insonorisante susceptible de dégager des particules chimiques en se dégradant. C'est cette pièce qui fait défaut dans les appareils de Philips. Conscient du problème, le géant néerlandais de l'électronique, qui détient 75% du marché mondial des respirateurs, a procédé à un rappel massif d'appareils dès avril dernier. Mais huit mois après, Philips n'avait récupéré que 25.000 appareils, soit moins de 6% des 370.000 en circulation en France.

Autre problème inquiétant : la communication restée très confidentielle autour de cette affaire. "J'ai appris par hasard qu'il y avait une campagne de rappel de mon appareil. Je souhaiterais savoir pourquoi je n'ai pas été contacté depuis le mois de mai par Philips. Je n'ai reçu aucune lettre. Ils étaient au courant. Pourquoi on ne m'a pas prévenu?", s'interroge Mathieu au micro de RMC.

Sur la page Facebook dédiée au rappel des appareils qui rassemble désormais près de 2000 membres, l’immense majorité des utilisateurs assurent eux aussi ne jamais avoir été prévenus.

"J'ai appelé mon pneumologue et le prestataire de l'appareil en septembre après avoir vu sur les réseaux sociaux qu'il y avait un problème. Ils m'ont dit qu'il n'y avait aucune dangerosité, qu'il fallait changer l'appareil mais qu'en attendant, il fallait continuer le traitement", raconte Dimitri à RMC, qui a lui aussi appris par hasard le rappel de sa machine.
  • Quels sont les risques?

Dans une note d'information clinique complémentaire publiée dans le cadre de la campagne de rappel, Philips a évoqué plusieurs risques liés à la dégradation des mousses insonorisantes. Parmi eux, "des irritations de la peau, des yeux et des voies respiratoires, des risques inflammatoires, des effets indésirables sur les reins et le foie, une toxicité" et surtout, "des risques cancérigènes possibles".

Mathieu, qui témoigne sur RMC, veut savoir si l'appareil pourrait être à l'origine de son cancer des ganglions, diagnostiqué il y a trois semaines: "La question la plus importante, c'est de savoir si la machine est responsable de mon cancer. J'ai l'impression d'être dans un film de science-fiction".

Interrogé par RMC, Jan Kimpen, le directeur médical monde de Philips, assure que le lien entre les appareils défectueux et l’apparition de cancers n’est pas établi. "Nous n'avons aucune preuve que nos appareils donneraient le cancer, avec les dernières données que nous avons. Je suis médecin et je suis confiant quand je dis ça aux patients", assure-t-il.

  • Comment réagissent les autorités?

Face à la lenteur des rappels des appareils défectueux, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a décidé de taper du poing sur la table. "Nous constatons que le plan de remplacement des appareils évolue très peu. Nous sommes à 7% de machines remplacées, ce n'est pas acceptable", a expliqué Caroline Semaille, directrice générale adjointe de l'ANSM le 7 février dernier.

Une mesure de "police sanitaire" devrait être prise dans les prochains jours. De quoi s'agit-il ? "Il faut que 75% des appareils soient remplacés à la fin du mois de juin", précise Caroline Semaille. Dans le cas contraire, un procureur pourrait être saisi avec des "mesures pénales" à la clé.

L'ANSM demande également que tous les nouveaux appareils d'apnée du sommeil Philips mis sur le marché soient réservés au remplacement des machines défectueuses. Le fabricant néerlandais devra également publier mensuellement un bilan chiffré.

L'ANSM évoque également 356 cas d'effets secondaires signalés par des utilisateurs d'appareils Philips défectueux. Parmi eux, cinq cas de cancer, dont le lien avec les appareils n'est pas établi à ce jour. "Ces cas sont en cours d'investigation", expliquent les responsables de l'agence, qui invitent les utilisateurs à déclarer leurs effets secondaires sur son site internet.

  • Quelle suite judiciaire pour cette affaire? 

Selon les informations de RMC, une procédure collective en justice va être lancée contre Philips. A partir de vendredi matin, les utilisateurs d’appareils Philips potentiellement défectueux souhaitant participer à une action judiciaire pourront s’inscrire sur la plateforme d’actions collectives MyLeo. 

"Tous les utilisateurs de ces appareils peuvent participer", explique à RMC l’avocat, qui avait obtenu la condamnation du laboratoire Merck dans le dossier du Levothyrox, avant de préciser: "Deux procédures sont possibles pour les plaignants: une action collective pour obtenir une indemnisation en cas de préjudice moral d’anxiété, mais aussi une action pénale pour connaitre la vérité et punir les coupables".

Ceux qui souhaitent attaquer Philips en justice ont jusqu’au 11 avril afin de déposer les pièces de leur dossier sur la plateforme. "Pour la procédure civile, il faut au moins 1.000 participants, mais c’est un nombre qu’on pense atteindre assez facilement car il y a potentiellement 370.000 personnes concernées en France. Pour la procédure pénale, il suffit de deux demandeurs, et nous les avons déjà, des personnes malades qui veulent savoir ce qui s’est passé", explique Me Christophe Lèguevaques à RMC.

Guillaume Dussourt avec Marie Dupin