RMC

Présidentielle: "la campagne est atroce, indigne"

Invité dans 100% Bachelot, Nicolas Bouzou, essayiste libéral spécialisé dans l'économie, a vivement critiqué une campagne présidentielle "atroce". Il déplore n’entendre parler que des "affaires" alors qu’un vrai débat d’idées devrait, selon lui, avoir lieu entre Emmanuel Macron et François Fillon.

Cette campagne présidentielle suscite bien des critiques tant les rebondissements et les affaires se multiplient. Des affaires sur le devant de la scène qui semblent faire oublier le fond de ce que proposent les candidats, à savoir leur programme. C’est ce que dénonce Nicolas Bouzou au micro de Roselyne Bachelot. Cet essayiste spécialisé en économie estime que c’est même le système institutionnel qui doit changer.

"Je pense que le personnel politique a ses qualités et ses défauts comme partout ailleurs. Je crois en revanche que c’est le débat public qui pèche en France. On est incapable d’évoquer les bons sujets. Le fait que nous soyons dans un régime ultra-présidentiel personnalise à outrance l’élection présidentielle, du coup nous parlons plus des personnes que des programmes".

Néanmoins, Nicolas Bouzou perçoit dans cette campagne inédite, une source de positivisme avec un changement de régime en fonction du résultat de l'élection.

"Je vois dans cette campagne atroce qui n’est pas digne d’un pays adulte, une raison d’espérer. Si Emmanuel Macron est élu président de la République, ce sera la naissance d’un débat important pour les élections législatives, étant donné que l’on ne sait pas avec quelle majorité il veut gouverner. De fait, nous irions vers un régime parlementaire qui permettrait de dépersonnaliser la politique en France. A force de personnaliser, on ne parle plus des idées et c’est un des éléments avec lequel on peut être d’accord avec ce que disait François Fillon dimanche. On parle uniquement des affaires et plus de son programme. Or on peut être pour ou contre, mais François Fillon a un programme".

100% Bachelot avec A. B