RMC

Nadine Morano est "extrêmement favorable à une candidature de François Baroin"

Georges Fenech, député LR du Rhône, qui voulait une candidature d'Alain Juppé, a appelé lundi, après la fin de non-recevoir du maire de Bordeaux, à parrainer François Baroin. Invitée de Radio Brunet sur RMC, Nadine Morano a, elle aussi, validé une telle hypothèse. Et d'expliquer pourquoi.

Ce lundi sur BFMTV, le député LR du Rhône Georges Fenech a déclaré qu’il ne pouvait se résoudre à "une défaite annoncée", après qu’Alain Juppé a affirmé qu’il ne serait pas candidat à la place de François Fillon pour la présidentielle. Il a aussi de nouveau estimé que les primaires de la droite étaient "caduques" et qu'il "souhaite qu’un autre candidat surgisse de notre famille très vite". "Je pense particulièrement à François Baroin", a-t-il précisé.

"S'agissant d'une possible candidature de François Baroin, j'ai dit, dès la semaine dernière, que j'y étais extrêmement favorable, a indiqué Nadine Morano, dans Radio Brunet. Il s'est préparé à être Premier ministre de Nicolas Sarkozy, dans l'hypothèse d'une victoire celui-ci, et il a, au regard de son expérience politique, une bonne connaissance de l'appareil d'Etat. Il a en effet été plusieurs fois ministres, il a été vice-président de l'Assemblée nationale, il est maire de Troyes (Aube), il est sénateur et président de l'Association des maires de France… Bref, son expérience et son âge font qu'il peut incarner une véritable dynamique".

"Rien ne se fera sans que Fillon décide de renoncer"

"Mais il ne le fera pas sans l'assentiment de François Fillon, considère encore l'eurodéputée LR. Parce que pour gagner je pense qu'il nous faut une véritable unité". Mais, à 11 jours de la clôture des parrainages, n'est-il pas trop tard pour changer de candidat? "Non, il n'est trop tard pour rien, assure Nadine Morano. Vous pouvez claquer des doigts et, d'un coup, avoir les 500 signatures. Et même dans l'opinion, il n'est pas trop tard car l'alternance est très attendue." (…)

"Mais, encore une fois, rien ne se fera sans que François Fillon décide de renoncer et qu'il accompagne une nouvelle candidature qui porterait son projet, insiste l'ancienne ministre. Car le projet qui a gagné (les primaires, ndlr), c'est celui de François Fillon".

M.R avec Eric Brunet