RMC

Un risque d'explosion sociale en France? "Les salariés veulent juste leur part"

La CGT a appelé la mobilisation générale le 27 janvier prochain, alors que la colère grimpe sur la question des salaires.

La grogne sociale s’accentue en France. Après deux ans de crise sanitaire qui laissait présager le pire pour la croissance du pays, les chiffres sont loin d’être aussi mauvais qu’annoncé. Selon la Banque de France, la croissance du PIB de la France pourrait être de 6,7% cette année. Cependant, dans le même temps, l’inflation a atteint les 2,8% sur un an en décembre selon des chiffres de l’INSEE.

Et cette inflation provoque des négociations assez musclées sur la question toujours très sensible des salaires. Plusieurs secteurs sont sous tension, notamment les transports, l’énergie, ou encore la fonction publique.

>> A LIRE AUSSI - Transport routier, énergie, fonction publique... Le conflit social se tend dans plusieurs secteurs

"Il y a une forte inflation avec notamment le carburant, l’énergie qui flambe"

Un appel à la mobilisation a été lancé pour le 27 janvier prochain par plusieurs syndicats, dont la CGT.

“Depuis un an, on a énormément d'entreprises en grève qui sont mobilisées sur les salaires. On peut parler du secteur de l’agro-alimentaire, chez Bergams, chez Labeyrie. On a plein d’entreprises qui se battent sur la question de la répartition des richesses. On a une croissance digne des "Trente glorieuses”, qui est hallucinante. On a les milliardaires en France qui ont gagné plus en deux ans qu’en dix ans. Et les salariés, ils demandent quoi ? Leur part. Surtout que derrière, il y a une forte inflation avec notamment le carburant, l’énergie qui flambe. Donc on se retrouve en France avec des chiffres qui montrent qu’il y a une vraie reprise économique et les salariés veulent juste leur part. Et pour ça, il n’y a pas de mystère. En 1968, il y a une augmentation des salaires, pourquoi? Parce qu’il y a un mouvement de mobilisation générale. C’est pour ça que la CGT appelle à la mobilisation le 27 janvier”, assure Benjamin Amar, porte-parole CGT du Val-de-Marne dans “Estelle midi” sur RMC et RMC Story.

>> Tous les podcasts d"Estelle Midi" sur RMC

'Il faut des annonces sur les salaires"

Pour Daniel Riolo, il faut absolument que les candidats à la présidentielle s’emparent de cette question des salaires, qu'il juge explosive.

"J’aimerais qu’on n’arrive pas à une forte mobilisation et surtout, j’aimerais qu’on n’arrive pas à une explosion, néanmoins, il faudrait être aveugle pour ne pas comprendre que les gens sont en colère en ce moment. Mais le problème de cette mobilisation globale où il y a plein de choses, c’est qu’après on ne comprend pas trop bien. Mais si on doit mettre en avant une sorte de fil conducteur, je pense qu’on a tous compris que c’était autour des salaires. Il faut qu’il y ait une vraie discussion dans le secteur public, comme dans le secteur privé. On est à trois mois d’une élection présidentielle. Les candidats qui sont en tête des sondages et qui sont en position d’arriver au second tour, doivent prendre conscience que c’est un sujet majeur. Il faut qu’ils fassent des annonces sur les salaires. Il faut absolument une politique salariale".

D’ici cette mobilisation du 27 janvier, plusieurs secteurs ont déjà appelé à la grève. C’est le cas dans les écoles, collèges et lycées pour le 20 janvier, ou encore à EDF pour le 26 janvier prochain. 

Guillaume Descours