RMC

Transport routier, énergie, fonction publique... Le conflit social se tend dans plusieurs secteurs

La forte hausse de l'inflation rend les négociations compliquées et certains secteurs sont prêts à ne rien lâcher pour obtenir ce qu'ils demandent, jusqu'à lancer des grèves.

Le climat social se tend. L’inflation a atteint 2,8% sur un an en décembre et pourrait encore accélérer au premier semestre. Et les pénuries de main-d'œuvre concernent 82% des entreprises, du jamais vu.

Résultat, les revendications des salariés n’ont jamais été aussi ambitieuses depuis au moins 20 ans. Dans les transports, les syndicats réclament au moins 10% de hausse des minimas. Dans l’aéronautique, la construction navale, entre 4 et 6% demandés.

Et le climat social se tend même dans des entreprises qui ont la réputation d’être généreuses avec leurs salariés, Dassault aviation par exemple, ou Air Liquide.

>> Tous les podcasts d'Emmanuel Lechypre sur RMC

Que répondent les patrons ?

Dans plusieurs secteurs, les salariés ont déjà obtenu gain de cause, notamment la restauration où il y a eu 16% de hausse des salaires en moyenne, un record. Dans la chimie, un mouvement social chez Arkema a fait céder la direction et les salariés sont retournés au travail. Comme dans le commerce chez Décathlon ou Leroy Merlin. Arquus Défense, qui construit des camions militaires, a fini par lâcher des augmentations de presque 4% avec une augmentation minimum de 55 euros pour tous les bas salaires.

Des accords semblent possibles chez Naval Group: la CGT et les syndicats veulent 6%, la direction propose 4%.

Mais il y a bien des secteurs dans lesquels le conflit risque d’être dur. Les transports routiers surtout, qui n'ont pas vu une telle mobilisation depuis les grosses grèves de mai 2000. L’énergie également, où le mouvement est en train de bien prendre.

Attention également à la fonction publique. Le point d’indice est pour l’instant gelé, les conditions de travail sont difficiles et les effectifs tendus dans les postes au contact des usagers. Les enseignants, par exemple, sont remontés. 

>> A LIRE AUSSI - "C’est un marqueur de l’inflation": Leclerc bloque le prix de la baguette

Emmanuel Lechypre