RMC

Funérailles d'Elizabeth II: des ministres aménagent leur emploi du temps pour regarder la cérémonie

L'entourage du ministre Stanislas Guérini l'affirme à RMC, il a aménagé son emploi du temps pour regarder l'enterrement de la reine Elizabeth II. Une révélation qui amuse Charles Consigny dans "Les Grandes Gueules" sur RMC, qui ne s'étonne pas que le ministre de la Fonction publique ait du temps.

Les obsèques de la reine d'Angleterre Elizabeth II devraient attirer près de 4 milliards de téléspectateurs. Parmi eux, plusieurs ministres français. Certains ont même aménagé leur agenda pour pouvoir regarder la cérémonie. C'est le cas notamment de Stanislas Guérini. Son entourage l'assure à RMC, le ministre de la Fonction publique doit prendre un petit moment pour regarder la cérémonie.

Catherine Colonna, la ministre des Affaires étrangères et ex-ambassadrice au Royaume-Uni, présente à New York pour l'Assemblée générale de l'ONU, devrait également y jeter un coup d'œil.

"Il doit être aux 22 heures de travail mensuelles"

"Stanislas Guérini, dans la fonction publique, il doit être aux 22 heures de travail mensuelles, il a le temps de regarder en replay ou en direct les obsèques, j'ose espérer que les autres ont mieux à faire", ironise ce lundi sur le plateau des "Grandes Gueules", sur RMC et RMC Story, l'avocat Charles Consigny.

Une position que semble partager l'agriculteur Didier Giraud, qui ne voit pas l'intérêt de regarder les obsèques de la reine. "C'est seulement quand tu n'as rien à foutre que tu peux regarder ça", estime-t-il sur le plateau des "Grandes Gueules".

"Cela dure depuis très longtemps"

Plus généralement, Charles Consigny trouve l'enterrement de la reine Elizabeth II presque sans fin: "Cela dure depuis très longtemps. A un moment, il faut procéder à l’enterrement. Elle ne peut pas tourner comme ça pendant toute l'Angleterre pendant des semaines et des semaines", ajoute-t-il en souriant, confiant cependant préférer les enterrements aux mariages.

"Je préfère les enterrements aux mariages! Cette joie obligatoire, le dîner dégueulasse, les discours ridicules, l'hôtel à des plombes... C'est l'horreur", assure l'avocat.

G.D