RMC

Pass sanitaire: un bracelet passe-droit pour les clients fidèles dans les bars et restaurants?

DOCUMENT RMC - Laurent Tournier, président de l'Umih de la Gironde, est venu expliquer sur RMC son initiative locale visant à mettre en place des bracelets de couleur pour les clients, dont le pass sanitaire a déjà été contrôlé.

Bracelet de la honte ou bracelet pratique? L'Union des métiers de l'hôtellerie et de la restauration (Umih) de la Gironde a lancé une initiative locale pour tenter de simplifier les contrôles des pass sanitaires dans les bars et restaurants.

Un système de bracelets de couleurs serait mis en place pour permettre aux clients fidèles, ou aux clients déjà contrôlés de ne plus avoir à présenter leur pass dans d'autres établissements, et ainsi d’aller d’un lieu à l’autre sans se refaire contrôler. Une sorte de "bracelet de fidélité" qui fait débat. 

"C'est un pass supplémentaire, plus rapide et plus visible"

Selon le quotidien Sud Ouest, l'Umih 33 a donc commandé 20.000 exemplaires de ces bracelets censés "fluidifier" les allées et venues dans les établissements du département. Et ainsi contrer la baisse de fréquentation liées à l'extension du pass sanitaire ces dernières semaines.

"On les a commandé, on devrait les recevoir mardi ou mercredi, et on va les distribuer aux adhérents", nous explique Laurent Tournier de l'Umih 33 dans les Grandes Gueules sur RMC. 
"Ce n'est pas pour remplacer le pass sanitaire, c'est un signe extérieur pour permettre de fluidifier les contrôles. Si je suis hôtelier et qu'un client reste toute une semaine et qu'il a ses deux doses et qu'on doit demander chaque jour, plusieurs fois... C'est un pass supplémentaire, plus rapide et plus visible.
Après, libre choix aux professionnels et aux clients de le mettre ou non. On a une obligation de résultats. On a n'a pas choisi, on nous a imposé le pass sanitaire."

L'avis des GG

Etienne Liébig (éducateur): "Je n'aime pas trop les initiatives locales sur ces sujets. J'aime bien que sur les questions de santé et les questions régaliennes de l'Etat. Je pense que c'est à l'Etat de prendre les décisions qui concernent cela. Les anti-pass ont raison sur un point: ça nous rend très cons. On n'est pas dans un jeu. C'est pas sérieux là, on est en temps de pandémie. Il y a une responsabilité collective à avoir. Je trouve un peu con qu'il y ait des initiatives locales qui veulent faire leurs propres règles."

Didier Giraud (agriculteur): "Si c'est pour les habitués ils sont déjà connus des patrons... "

Stella Kamnga (étudiante): "Une fausse bonne idée. Il y a des problèmes d'applicabilité de cette mesure. Il y en a qui vont perdre leur bracelet, d'autres qui en feront des faux... Le pass sanitaire s'il ont choisi de l'appliquer ils le font. Soit on le fait soit on ne le fait pas."

J.A.