RMC

Primaire d'EELV: "Ce parti est une secte!"

Les "Grandes Gueules" ne sont pas vraiment enchantées par les résultats de la primaire écologiste, marquée par les nombreuses inscriptions et la forte participation.

L'eurodéputé Yannick Jadot et l'économiste Sandrine Rousseau se sont qualifiés dimanche pour le second tour de la primaire écologiste et s'affronteront du 25 au 28 septembre pour représenter leur famille politique à l'élection présidentielle de 2022.

Avec 27,70% des voix des plus de 122.000 inscrits, Yannick Jadot est arrivé en tête de ce vote organisé en ligne du 16 au 19 septembre, suivi par Sandrine Rousseau, avec 25,14% des voix. La députée Delphine Batho avec 22,32% est arrivée troisième mais échoue à se qualifier au second tour, suivie par le maire de Grenoble Eric Piolle avec 22,29% et l'entrepreneur Jean-Marc Governatori avec 2,35%.

>> A LIRE AUSSI - Chasseurs en colère: Emmanuel Macron invite à déjeuner Willy Schraen et Allain Bougrain-Dubourg à l'Elysée

-
- © -

"Ce que porte ce parti est un projet extrêmement liberticide"

Des résultats qui n'ont pas enchanté sur le plateau des "Grandes Gueules" ce lundi. Pour des raisons un peu particulières: "Pour moi c’est une secte, ce sont des gens qui sont en dehors de la réalité", a lancé l'avocat Charles Consigny. Selon lui, quel que soit le vainqueur, il n'a pas l'ombre d'une chance lors de l'élection présidentielle: "Je suis désolé pour les écolos qui vont à nouveau désigner un candidat qui ne sera pas élu président et va à nouveau caricaturer leurs positions", assure-t-il, oubliant la surprise Yannick Jadot aux élections européennes, dont la liste avait été créditée de 13,47% des voix.

Même son de cloche chez l'agriculteur Didier Giraud qui prédit déjà une défaite à la présidentielle dans sept mois, notamment en cas de victoire de Sandrine Rousseau, arrivée en deuxième place: "Ce Parti à la fâcheuse tendance de désigner un candidat qui ne sera pas élu à la fin. Je n'ai toujours pas compris la ligne politique de Sandrine Rousseau. Elle est incapable de gouverner avec qui que ce soit", croit-il savoir.

Charles Consigny craint quand même les écologistes de France. Et il n'est pas tendre avec eux: "Je pense que ce que porte ce parti et ces candidats-là, est un projet qui sous couvert d’écologie est extrêmement liberticide, animé par une espèce de haine de son prochain, une espèce de jalousie", assure Charles Consigny.

Quelle que soit l'issue du scrutin, la primaire est déjà un succès pour les écologistes. Un record d'inscrits a été atteint, quatre fois plus élevé que le précédent pour une primaire écologiste quand 32.000 personnes avaient voté en 2011, contre 122.000 cette année donc.

>> A LIRE AUSSI - "Il n’y a pas que les bobos qui fument, nos élites aussi": malgré une répression accrue, les Français restent les premiers consommateurs de cannabis en Europe

Guillaume Dussourt avec AFP