RMC

A. Montebourg repart à la charge contre J.-N. Guérini

Arnaud Montebourg.

Arnaud Montebourg. - -

Arnaud Montebourg réitère ses attaques contre le président sortant socialiste du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini, estimant que sa destitution constituerait un "remède anti-FN de choc".

Dans un entretien publié mardi dans La Provence, le secrétaire national du PS à la rénovation réclame de nouveau la mise à l'écart de Jean-Noël Guérini qu'il accuse de complicité avec son frère Alexandre, détenu depuis le 1er décembre dans une affaire de trafic de marchés publics présumés frauduleux.

"Je considère avoir apporté suffisamment de preuves de ces méthodes pour que la direction du PS prenne désormais ses responsabilités et interdise à Jean-Noël Guérini tout renouvellement de fonction en qualité de président du conseil général", déclare Arnaud Montebourg.

"C'est le remède anti-FN de choc qu'il faut administrer en urgence après le dernier avertissement lancé par les électeurs", ajoute-t-il en référence aux élections cantonales.

Arnaud Montebourg dit avoir déposé les preuves de cette complicité entre les deux frères - 44 pièces, 170 pages, 20 témoignages et un enregistrement audio - devant la justice et dans les mains de Martine Aubry, premier secrétaire du PS.

Le Parti socialiste a perdu dimanche deux cantons marseillais au profit de l'UMP mais il reste largement majoritaire dans le département des Bouches-du-Rhône avec 37 élus de gauche sur 57 sièges.

Jean-Noël Guérini devrait retrouver jeudi son fauteuil de président du conseil général, un poste qu'il occupe depuis 1998. Il a annoncé qu'il abandonnerait la présidence de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône à cette occasion.

Jean-François Rosnoblet, édité par Sophie Louet

REUTERS