RMC

A Nice, ce nouvel attentat "est très angoissant parce qu'on pleure encore nos morts"

-

- - AFP

A peine deux semaines après l'attentat sur la promenade des Anglais à Nice, le nouvel attentat à Saint-Etienne-du-Rouvray ravive l'émotion.

A Nice, la nouvelle de l'attaque terroriste de Saint-Etienne-du-Rouvray a frappé les habitants de plein fouet. 84 personnes avaient été tuées sur la Promenade des Anglais après le traditionnel feu d'artifice du 14-Juillet.

Le vicaire du diocèse de Nice, Jean-Louis Gazzaniga, a presque perdu ses moyens, à l'annonce de l'attaque: "Je sortais de l'enterrement de victimes de l'attentat du 14 juillet. On a enterré 3 personnes de la même famille. J'étais encore tout plein de cette tristesse lorsque j'ai appris l'assassinat de ce prêtre au cours d'une messe. Je me suis assis. Ma première impression était quelque chose qui n'était pas loin de l'écoeurement et qui était de me dire mais ça ne finira donc jamais? Même moi qui suis prêtre qui prêche toujours que le bien va l'emporter. Pendant au moins quelques minutes, je suis un peu ébranlé, on finit par avoir des doutes".

"C'est terrifiant"

Un drame qui ravive la douleur de Wafa, une proche de la famille du petit Kylian, 4 ans, et de sa maman, Olfa Ben Souayah Khalfallah, 31 ans, décédés dans l'attentat: "Quand on entend ce nouvel attentat, on se dit, est-ce qu'on va pouvoir faire notre travail de deuil? Ça nous replonge dans tout ce qu'on a vécu. C'est très angoissant parce qu'on pleure encore nos morts. On est tellement tristes donc ça nous touche d'autant plus que ça rouvre la blessure qu'on a envie de refermer. Outre la tristesse, on est révoltés et surtout on se demande quand est-ce que ça va se terminer. C'est terrifiant".

Béatrice aussi, une Niçoise traumatisée depuis l'attentat de la promenade des anglais, a appris la nouvelle avec effroi: "Je suis très émue, ça nous remet dedans. On revit le 14 juillet, on revit tout ça. C'est horrible on a peur, c'est très difficile".

P.B. avec Elodie Messager à Nice.