RMC

Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon: "Un socialiste, je ne le crois plus sur parole"

Le porte-parole de Jean-Luc Mélechon, Alexis Corbière était l'invité de Bourdin Direct ce lundi matin. Interrogé sur un rapprochement avec Benoit Hamon, il a déploré le manque de garanties données par le candidat de la primaire de la gauche.

Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon parviendront-ils à s'entendre? Pas si sûr. Ce dimanche, le candidat de la primaire à gauche a notamment déclaré: "Si l'on fait du covoiturage et que l'on décide que l'on conduit, la couleur des sièges et que les autres descendent au premier feu, ça marche rarement". Une allusion aux conditions de rassemblement posées par Jean-Luc Mélenchon.

Une déclaration que ne comprend pas Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon: "C'est la culture PS: 'rassemblons-nous', ça fait sympa au début mais derrière moi évidemment. Quand un socialiste parle d'unité, ça veut dire 'derrière moi'. Dès que vous n'êtes pas d'accord, vous avez un gros ego".

"C'est un candidat sous influence solférinienne"

"C'est un candidat sous influence solférinienne. Ils veulent des gens à genoux qui ne demandent aucune garantie", a-t-il aussi taclé. En tout cas pas question pour le mouvement de la France insoumise de donner un blanc-seing à Benoît Hamon: "Benoît Hamon a été ministre d'un gouvernement qui a fait beaucoup de mal à la France. Il faut que les gens aient des garanties sur le fait que cette candidature soit un peu différente? Est-ce possible d'être crédible en reconduisant les mêmes députés depuis 2012. Si on recycle les mêmes, il n'y aura pas d'arithmétique politique".

"Un socialiste aujourd'hui je ne le crois plus sur parole, il me faut des garanties", a-t-il aussi ajouté.

"Quand Hamon s'est fait élire, il a dit qu'il appellerait Jean-Luc Mélenchon il ne l'a pas fait. Il est allé voir Hollande et Cazeneuve pour montrer qu'il était aussi leur candidat. Trois semaines plus tard pas d'appel. On dit qu'on est disponible pour le rencontrer… Jean-Luc Mélenchon a fait une lettre pour proposer une discussion, et là en 48 heures ils nous disent que ce n'est pas possible", a-t-il aussi déploré.