RMC

Allemagne: polémique sur les emplois à 1 euro de l'heure pour les réfugiés

-

- - AFP

Polémique autour d'emplois à 1 euro de l'heure proposé pour les réfugiés. Pour les autorités, il s'agit d'aider les réfugiés dans leur insertion professionnelle. Pour plusieurs ONG et partis de gauche, il s'agit d'une forme d'exploitation.

Insertion sociale ou exploitation? Les autorités allemandes commencent à proposer aux réfugiés des emplois à 1 euro de l'heure. 3.000 postes existent déjà à Berlin. La pratique doit se généraliser dans les prochains mois en Allemagne et concerner 100.000 demandeurs d'asile.

Ces emplois, sur la base du volontariat, sont presque toujours destinés aux centres d'accueil. Les réfugiés travaillent dans les cuisines, au ménage, à l'entretien. Jamshid, un ancien officier de l'armée afghane, a accepté volontiers un job dans la cuisine du foyer où il est hébergé à Berlin, pour un euro de l'heure. "En ce moment, ma priorité ce n'est pas l'argent. Avec cet emploi, je veux surtout montrer que je suis apte au travail, fiable et toujours à l'heure", explique-t-il.

750 euros d'allocations et le job à un euro

Pour les autorités allemandes, les jobs à 1 euro permettent aux demandeurs d’asile de s’insérer sur le marché de l’emploi. Et le salaire plus que modeste n'est pas un problème, estime Frierich Kiesinger, le directeur du foyer: "Ils perçoivent environ 750 d'allocations et en plus de cela, ils ont le job à un euro. Les salariés qui travaillent pour le salaire minimum ne gagnent pas forcément autant".

En Allemagne le salaire minimum est de 8,5 euros de l'heure. Pour plusieurs ONG et partis de gauche, il s'agit d'une forme d'exploitation destinée à réduire le coût que représentent les réfugiés pour l'Allemagne.

Certains estiment même que ces emplois ne mèneront nulle part. Christian Joppke, membre du conseil d’experts pour l’intégration: "Ce système mène à une impasse. Car nettoyer des parcs, ça ne prépare personne pour le marché de l'emploi".