RMC

Allonger la journée défense et citoyenneté ? "Si c'est seulement pour faire des tests de Français…"

-

- - Bertrand Langlois - AFP

Dans ses vœux à la jeunesse, lundi soir, François Hollande a envisagé un allongement de la Journée défense et citoyenneté (JDC). Une idée qui fait débat, et dont la réussite dépendra du contenu de ces futures journées, selon les acteurs de l'actuelle JDC rencontrés par RMC.

Et si la journée défense et citoyenneté durait plutôt une semaine ? C'est en tout cas l'une des propositions de François Hollande lundi soir lors de ses vœux à la jeunesse. Le chef de l’État a demandé au gouvernement "d'étudier" la possibilité d'allonger "jusqu'à une semaine" l'actuelle Journée défense et citoyenneté (JDC).

Cette journée, qui relève du ministère de la Défense, a été instaurée après la suppression du service militaire en 1997. Appelée d'abord Journée d'appel de préparation à la défense (JAPD), elle est obligatoire pour tous les garçons et filles de 18 ans. La JDC permet de repérer l'illettrisme via un questionnaire, d'évaluer la santé des jeunes et de présenter les enjeux et les métiers de la défense nationale.

"Ennuyeux"

Une semaine, oui, mais pour faire quoi ? "Si c'est pour répéter plusieurs jours d'affilée ce qui se fait à l'heure actuelle lors de la JDC, ce n'est pas la peine", juge Benjamin, étudiant en école de commerce à Paris. Il ne garde pas un bon souvenir de sa journée Défense et Citoyenneté, qu'il qualifie "d'ennuyeuse". "Je me souviens qu'on avait fait un test de français. Si c'est seulement pour faire des tests de français et de vocabulaire, cela ne sert pas à grand-chose". "Si le programme est le même que celui que l'on a à l'heure actuelle, autant que ça reste une journée", estime-t-il sur RMC. Pour autant, il n'est pas opposé à un allongement, mais seulement si "le programme évolue".

Stephen Cazades, directeur général de l'association Unis Cité, une association qui permet aux jeunes de faire leur service civique, estime comme Benjamin qu'il ne faut pas rallonger cette journée défense et citoyenneté à n'importe quel prix: "Si c'est une semaine sous forme de cours académique d'éducation civique, ce serait une erreur". "Il ne faut pas l'augmenter pour l'augmenter, et pas forcément pendant une semaine", juge-t-il. Lui, prône plutôt "une répétition de plusieurs journées, trois fois une journée par exemple, pour montrer concrètement aux jeunes les différentes formes d'engagement, comme le service civique par exemple".

"Il va falloir trouver du contenu à leur transmettre"

Toujours est-il qu'allonger la journée défense et citoyenneté s'avère un vrai défi pour les organisateurs, à savoir les militaires. "C'est quelque chose certes qui est intéressant mais qui doit absolument être étudié", préconise le général Patrick Charèxe, ancien commandant des forces aériennes stratégiques. Garder tous ces jeunes, garçons et filles toute une semaine, il faut vraiment une logistique importante. Et puis il y a un deuxième point à étudier, c'est le contenu : qu'est-ce que je vais dire à tous ces jeunes pendant une semaine ? Est-ce que je fais de l'éducation civique ? Est-ce que je leur explique le fonctionnement de l'État ? Ce qui est déjà un petit peu le cas mais sur une journée. Là, il va falloir trouver du contenu à leur transmettre pendant plusieurs jours".

Des suggestions, Christophe, jeune cuisinier à Paris en a. "Ça pourrait être des activités plus ludiques et plus concrètes, qui donnent envie. Peut-être un parcours du combattant, ou un petit tour d'hélicoptère, ça pourrait être marrant". Pas sûr que l'idée soit retenue.

Philippe Gril avec B. Ballet et A. Bouïtcha