RMC

Amad, cousin d'Amedy Coulibaly: "Il avait la haine de l'État français"

Amédy Coulibaly.

Amédy Coulibaly. - AFP

"Mon cousin ne sera pas l'unique, il y en aura d'autres", a estimé Amad, cousin d'Amedy Coulibaly, tué vendredi soir dans l'assaut pour libérer ses otages porte de Vincennes à Paris, et qui a appelé RMC pour raconter le parcours de celui qui est aussi soupçonné d'être le tueur de Montrouge.

Son cousin Amedy Coulibaly a été tué dans l'assaut du GIGN pour libérer les otages qu'il retenait dans un supermarché casher de la porte de Vincennes à Paris. Amad a tenu à témoigner sur RMC, appelant Jean-Jacques Bourdin peu avant l'assaut.

"Il a récolté ce qu'il a semé", a-t-il réagi après avoir raconté le parcours de son jeune cousin, de 3 ans son benjamin. "Le parcours de Coulibaly ? Échec scolaire, échec sociale, prison depuis l'âge de 16 ans pour des petits larcins, puis une montée dans les échelons de la délinquance. En 2004 il a perdu un ami lors d'un braquage à Combs-la-Ville". "En prison, il perd son père", et l'Administration pénitentiaire "refuse qu'il aille à la cérémonie" funéraire. "Je pense que c'est de là qu'il (s'est radicalisé)", pense-t-il.

"Il a récolté ce qu'il a semé"

Amad poursuit: "Il a dû être embrigadé en prison. Il a juste côtoyé une bande d'abrutis, et lui aussi est devenu abruti. Il a récolté ce qu'il a semé. Je lui avais dit de lire le Coran dans le bon sens".

Pour autant, il assure n'avoir pas "senti de radicalisation" chez son cousin. "Il portait la djellaba, rien de plus". Mais Amedy Coulibaly avait "la haine de l'État français. Il n'a pas la haine du juif, du chrétien, il a la haine de l'État.". "Comme beaucoup d'autres français", avertit Amad. "Mon cousin ne sera pas l'unique, il y en aura d'autres".


Suivez Jean-Jacques Bourdin sur Twitter Follow @JJBourdin_RMC
Réagissez sur le compte Twitter d'RMC avec le hashtag #BourdinDirect Tweet #Bourdindirect

P. G. avec Jean-Jacques Bourdin.