RMC

André Atlaoui: "L'Indonésie a refusé le droit à la justice de mon frère"

Le Français Serge Atlaoui, accusé de trafic de drogue et emprisonné depuis 10 ans en Indonésie, pourrait être exécuté dans les 72h, selon la demande du gouvernement indonésien. Invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi, son frère André à dénoncer un simulacre de procès de la part de la justice indonésienne.

C'est une course contre la montre, contre la mort. Le gouvernement indonésien a annoncé, jeudi, avoir donné l'ordre de préparer les exécutions de dix condamnés à mort pour trafic de drogue, dont le Français Serge Atlaoui, Français de 51 ans accusé de trafic de drogue et emprisonné depuis dix ans en Indonésie. Les 10 condamnés, originaires d'Australie, France, Brésil, Philippines, Nigeria, Ghana et Indonésie, seront alignés ensemble devant un peloton d'exécution. Aucune date n'a cependant été fixée pour les exécutions qui seront notifiées 72 heures à l'avance aux condamnés.

"Jusqu'au dernier moment nous devons tout faire pour que l'exécution n'ait pas lieu, a aussitôt réagi François Hollande. Nous multiplions les contacts. L'abolition de la peine de mort est pour nous un principe essentiel (...) Pour Serge Atlaoui la mort ne peut pas être la sanction".

"Les droits de mon frère ont été bafoués"

André Atlaoui, le frère de Serge était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi. "J'ai eu mon frère au téléphone hier matin (jeudi). Mais ni nous ni lui n'était au courant du rejet de la Cour suprême de son dossier en révision, raconte-t-il. Je n'ai pas réussi à l'avoir depuis. Son épouse Sabine a dû le mettre au courant de cette mauvaise nouvelle horrifiante pour nous".

André Atlaoui a dénoncé un simulacre de procès. "J'estime que la Cour suprême indonésienne a tout simplement bafoué les droits de mon frère, elle lui a refusé le droit à la justice. Il n'a pas pu se défendre. Aucune attention n'a été apportée à son dossier en révision et à aucun moment il n'a eu droit à un procès équitable".

Deux rassemblements citoyens samedi à Paris et Metz

Dans cette course contre la montre, André Atlaoui en appelle maintenant à la mobilisation citoyenne. "Notre famille a besoin vraiment d'un rassemblement citoyen le plus rapidement possible pour venir en aide à un de ses citoyens français probablement bientôt exécuté". Il invite le plus grand nobre de personnes à se rendre aux deux rassemblements qui auront lieu samedi. A Paris un rassemblement est prévu à 15h, place Edmond Michelet, près de Beaubourg, à l'initiative de l'association Ensemble contre la peine de mort. Un autre rassemblement est prévu à Metz, place d'Armes, à 17h30.

Philippe Gril avec Jean-Jacques Bourdin