RMC

Attaque mortelle au couteau à Trappes: ce que l'on sait

Un homme armé d'un couteau a tué deux personnes, membres de sa famille, jeudi à Trappes, dans les Yvelines, avant d'être "neutralisé" par les forces de l'ordre. L'organisation Etat Islamique revendique l'attaque.

Un homme armé d'un couteau a tué deux personnes et a blessé grièvement une autre personne, jeudi matin à Trappes, dans les Yvelines, avant d'être "neutralisé" par les forces de l'ordre.

L'assaillant âgé de 36 ans a tué sa soeur et sa mère à coups de couteau. Une troisième personne, gravement blessée, se trouvait entre la vie et la mort et a été héliportée pour être hospitalisée. 

Lors d'une conférence de presse, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, a présenté l'auteur comme ayant des "problèmes psychiatriques importants". Appelés sur place, les forces de l'ordre ont vu à leur arrivée "deux personnes gisant au sol", a-t-i ajouté. L'assaillant s'était retranché dans un pavillon où "il a tué sa mère" avant d'en sortir "avec un couteau" et de "continuer à avancer malgré les sommations" des policiers, qui ont donc tiré" et l'ont abattu. 

Un profil de "déséquilibré" plutôt que de quelqu'un "d'engagé"

Il avait "un problème psychiatrique qui apparaît important", et s'il était "fiché" pour avoir fait "l'apologie du terrorisme" en 2016, il présentait davantage le profil d'un "déséquilibré" que de quelqu'un "d'engagé" pouvant répondre aux "ordres et consignes" d'une "organisation terroriste, et de Daech en particulier", a ajouté le ministre.

Alors que les autorités tentait de déterminer précisément si cette attaque pouvait être considérée comme terroriste, peu avant midi, l'organisation Etat Islamique a revendiqué l'attaque via son organe de propagande, mais sans donner aucune preuve de son implication. Le parquet de Paris a précisé que sa section antiterroriste n'avait pas été saisie "à ce stade". L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Versailles.

Mahaud Becker-Granier et X.A