RMC

Attentats au Sri Lanka: qui se cache derrière le "NTJ", ce mouvement islamiste local visé par le gouvernement?

Le Sri Lanka traque les responsables des attentats, qui ont fait 290 morts et 500 blessés dimanche. Le gouvernement impute ces attaques à un mouvement islamiste local le NTJ (National Thowheed Jamath), qui aurait délibérément visé la communauté chrétienne.

Un mouvement islamiste local, le National Thowheeth Jama'ath (NTJ), est à l'origine des attaques suicides qui ont fait 290 morts au Sri Lanka dimanche, a annoncé lundi le porte-parole du gouvernement Rajitha Senaratne.

Les autorités sri-lankaises enquêtent sur d'éventuels liens de l'organisation avec des groupes étrangers.

Le NJT avait fait il y a dix jours l'objet d'une alerte diffusée aux services de police, selon laquelle le mouvement préparait des attentats contre des églises et l'ambassade d'Inde à Colombo.

C'est en décembre dernier que le Sri Lanka découvre ce groupe lors d'actes de vandalisme commis contre des statues bouddhiques. Son objectif n'est pas un retour à la guerre civile entre les communautés du pays, d'après une chercheuse américaine, mais plutôt à propager le mouvement jihadiste mondial au Sri Lanka, à créer la peur, la haine et les divisions... 

La police enquête désormais sur une possible aide étrangère: le porte-parole du gouvernement affirme même qu'il a du mal à voir comme une si petite organisation dans le pays pourrait commettre de tels attentats. 

En quelques heures dimanche, des bombes ont semé mort et désolation dans des hôtels de luxe et églises célébrant la messe de Pâques en plusieurs endroits de l'île d'Asie du Sud. Les forces de l'ordre ont arrêté 24 personnes à ce stade de l'enquête. Au moins 35 étrangers figurent parmi les morts, notamment des Chinois, Néerlandais, Portugais, Américains et Britanniques. L'Inde a confirmé la mort de trois de ses ressortissants. 

La rédaction de RMC (avec AFP)