RMC

Bayern-PSG: Karl-Heinz Rummenigge, toujours là dans les mauvais moments du foot français

LE PORTRAIT DE POINCA - Le Bayern Munich  rencontre ce mercredi soir le PSG en quart de finale de la Ligue des champions. Et son président est loin d'être un inconnu...

Karl-Heinz Rummenigge est un grand dirigeant du Bayern depuis presque 30 ans, après avoir été un grand attaquant du Bayern et de l’équipe d’Allemagne. Deux fois Ballon d’or, deux fois finaliste de la Coupe du monde, deux fois vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions.

Il était de la génération Franz Beckenbauer et Lothar Matthaus, la génération qui a dominé le foot dans les années 70 et début 80. C’est pour eux que l’on avait inventé cette vieille blague pas très drôle: "Le foot est un jeu qui se joue à 11, et à la fin, ce sont les allemands qui gagnent."

Des mauvais souvenirs pour le foot français

Rummenigge est un nom qui fait frissonner les supporters français, parce qu’il a pris part à deux matchs d'anthologies. Les deux défaites les plus marquantes de l’histoire du foot français.

La finale de la Coupe d’Europe 1976 entre le Bayern et Saint-Etienne. Les Verts ont perdu parce que les poteaux étaient carrées. Et puis surtout Séville 1982, demi-finale de la Coupe du monde. La France mène 3-1 pendant les prolongations. Rummenigge rentre et marque à la 102e minute. Et on connaît la suite. Dramatique…

>> A LIRE AUSSI - DIRECT RADIO - Suivez Bayern Munich-PSG en direct et en intégralité lors d'une soirée évènement sur RMC

Et quatre ans plus tard, il était encore capitaine de l’équipe d’Allemagne qui a de nouveau éliminé la France en demi-finale du mondial au Mexique. Ça fait quand même beaucoup de mauvais souvenirs.

Après sa carrière, qu’il a finie à Milan, Rummenigge est revenu à Munich. Il a été vice-président du club avec Beckenbauer puis président depuis près de 20 ans. Il défend les valeurs d’un football traditionnel et de clubs bien gérés.

Et par conséquent, il a dit beaucoup de mal du PSG, club de nouveaux riches, club qui a de l’argent presque à l’infini, club qui ressemble à une Ferrari mais qui va dans le mur.

Récemment pourtant, il a changé d’avis. Après la victoire du Bayern en finale de la Ligue des champions l’an dernier, il a estimé que le PSG était un des meilleurs clubs du monde et méritait le respect. Meilleur club après le Bayern naturellement.

En tout cas, la confrontation avec le PSG ce soir et la semaine prochaine pourrait être un des derniers grands rendez-vous de Rummenigge. Son mandat expire en juin prochain. Et c’est sans doute pour lui l’heure de la retraite, à 65 ans.

Nicolas Poincaré (avec J.A.)