RMC

Bernard Laporte: "Le monde amateur est en train de mourir"

L'ancien sélectionneur du XV de France était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce mercredi. Il a expliqué les raisons de sa candidature à la présidence de la Fédération française de rugby.

C'est à Gaillac, chez lui, que Bernard Laporte a annoncé mardi sa candidature à la présidence de la Fédération française de rugby. "C'est là que j'ai appris le rugby. C'était très symbolique. J'étais entouré de tous les éducateurs, bénévoles et dirigeants qui m'ont accompagné durant ce temps-là et ça m'a touché de les voir autour de moi", a réagi l'ancien sélectionneur du XV de France, invité de Jean-Jacques Bourdin ce mercredi.

Au-delà du symbole, si Bernard Laporte a choisi Gaillac, c'est également pour faire passer son message : il faut redonner de la visibilité aux clubs amateurs face au mastodonte Top 14. "Je vais souvent dans les clubs et en discutant avec le monde amateur je me suis aperçu qu'il y avait un certain mécontentement, qu'on les laissait un petit peu tomber".

"Le monde amateur est en train de mourir"

"Le rugby professionnel a pris une notoriété considérable et est devenu le meilleur championnat du monde, mais en contrepartie le monde amateur est en train de mourir étouffé: plus de moyens, plus de considération. Ma mission, c'est de leur redonner un élan et un peu d'oxygène, en les accompagnant, tout simplement. Je leur dit : 'on va vous aider, on va vous reconsidérer'", a expliqué Bernard Laporte.

L'ancien secrétaire d'État aux Sports de Nicolas Sarkozy (2007 – 2009) estime notamment qu'il faut "redonner de l'autonomie" aux clubs amateurs, critiquant notamment la "forteresse" Marcoussis, siège de la FFR. "Toutes les décisions sont prises à Paris. Mais le rugby en Alsace n'a pas les mêmes contraintes que le rugby dans le sud-ouest".

Le Grand stade ? "Les élus n'ont jamais vu un devis"

Bernard Laporte a profité de son passage sur RMC pour dire une nouvelle fois son opposition au projet de Grand Stade, que la Fédération veut construire sur la commune d'Évry (Essonne). "Au départ j'ai trouvé l'idée opportune, mais ça coûte 600 millions d'euros. Or les élus n'ont jamais vu un devis", pointe l'ancien demi de mêlée. "Les clubs ont peur que la Fédé parte en faillite (sic), et surtout on ne leur a jamais demandé leur autorisation. On ne leur a pas expliqué le projet. Je trouve que ce n'est pas bien".

Injures racistes à Pau: "Il faut de suite éteindre tout cela"

Interrogé sur les propos raciste tenus par un spectateur dans une tribune à Pau, Bernard Laporte a dénoncé un comportement "scandaleux". "Il faut punir, pour que ça serve d'exemple. Il faut diffuser le nom de cette personne, qu'il soit interdit de stade à vie. On dit souvent que ça ne concerne que le foot, mais personne n'est à l'abri. Il faut de suite éteindre tout cela".