RMC

Calendrier scolaire: voilà à quoi il devrait ressembler l'an prochain

Syndicats et ministère de l'Education discutent en ce moment du calendrier scolaire pour les prochaines années. Roland Hubert, co-secrétaire général du syndicat Snes FSU, a annoncé ce mardi chez Jean-Jacques Bourdin que la rentrée aurait lieu le 1er septembre et que le pont de l'ascension devrait être généralisé.

Pont de l'ascension, vacances de printemps, rentrée… Le calendrier scolaire pour l'année 2015-2016 et les suivantes est en train de se dessiner. Syndicats d’enseignants et ministère de l’Education sont actuellement en pleine discussion pour en débattre. La ministre Najat Vallaud-Belkacem a annoncé il y a quelques jours qu’elle fixera "au printemps" ce calendrier, qui sera modifié notamment pour tenir compte des conséquences de la réforme territoriale.

Roland Hubert, co-secrétaire général du syndicat Snes FSU, syndicat majoritaire des enseignants en collège et lycée, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce mardi matin. Il a d'abord annoncé que la rentrée 2015 aurait lieu "le mardi 1er septembre pour les élèves, avec une prérentrée fixée la veille, le lundi 31 août, pour les professeurs".

Rentrée des classes le mardi 1er septembre 2015

Mais la grande nouveauté de ce calendrier, c'est la généralisation du pont de l'ascension à partir de 2016. Une mesure "qui semble faire consensus", selon Roland Hubert. "Plus personne n'aura cours le vendredi. Ça parait une mesure de bon sens". "On a ce problème récurrent d'absentéisme le vendredi, donc ça faisait plusieurs années qu'on demandait que le calendrier de fin d'année scolaire soit retravaillé, avec tous les jours fériés. Le pont de l'ascension sera donné de façon systématique, pour arrêter avec cette forme d'hypocrisie qui consistait à ne pas voir ce qui se passait dans les classes", a expliqué le syndicaliste. Selon la Peep (fédération de parents d'élèves) environ 30 à 35% des élèves des établissements non touchés par le pont de l'Ascension, sont généralement absents le vendredi.

"Pas raisonnable de caler les vacances pour satisfaire tel ou tel lobby"

Autre changement de ce futur calendrier: les vacances de Pâques pourraient être avancées au moins d'une semaine, notamment pour satisfaire les professionnels du tourisme des stations de ski. Là, Roland Hubert se montre perplexe. "Commencer plus tôt les vacances de printemps, ça veut dire aussi les finir plus tôt, note-t-il. Or les professionnels des stations balnéaires préféreraient qu'on les commence plus tard car c'est le début de leur saison. Donc il ne nous semble pas raisonnable d'entrer dans ce débat simplement sur l'angle économique pour donner satisfaction à tel ou tel lobby commercial". "Non, il faut regarder si les vacances comme elles sont construites s'approchent bien du rythme d'alternance sept semaine travaillées, deux semaines de congés, recommandée par les chronos biologistes. Or avancer d'une semaine les vacances de printemps risque de rompre cette alternance. La zone qui part la première en vacances de printemps rentrent 15 jours avant ceux qui partent en dernier, ça leur fait une période très longue jusqu'aux vacances d'été".


Suivez Jean-Jacques Bourdin sur Twitter Follow @JJBourdin_RMC
Réagissez sur le compte Twitter d'RMC avec le hashtag #BourdinDirect Tweet #Bourdindirect

Philippe Gril avec Jean-Jacques Bourdin