RMC

"Cela fait 15 ans que les handicapés Français doivent s'exiler en Belgique": dénonçant un "scandale", les propositions de la secrétaire d'Etat Sophie Cluzel sur RMC

"Embaucher des personnes handicapées, c'est ça la France!": le plaidoyer touchant de Fred Hermel après la distinction d'une élue trisomique

"Embaucher des personnes handicapées, c'est ça la France!": le plaidoyer touchant de Fred Hermel après la distinction d'une élue trisomique - AFP

Le comité interministériel du handicap se penche ce lundi sur ces handicapés français contraints d'aller à l'étranger pour bénéficier de structures adaptées.

L'espoir pour les familles dont les proches en situation de handicap se trouvent dans des établissements belges, faute de places dans les structures en France.

Une annonce qui intervient alors qu'un nouveau comité interministériel du handicap se tient ce lundi à Paris. Pour la cinquième fois depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron, le gouvernement se penche sur la situation des personnes en situation de handicap. 

L'occasion de revenir sur une promesse: celle de rapatrier, avant la fin de l'année, les personnes handicapées qui sont dans des établissements Belges, faute de places en France. Ca représente environ 8.200 personnes, dont plus de 1.400 enfants.

"La fin de cet exil forcé"

Depuis février, la Sécurité sociale ne prend plus en charge les départs de l'autre côté de la frontière - près de 470 millions d'euros consacrés par an -, et pour faire rentrer ceux qui le souhaitent, le gouvernement a débloqué 90 millions d'euros sur trois ans et veut créer 1.000 places avant la fin de l'année. 

Ce matin sur RMC, Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat en charge du handicap, promet que tout cela va être mis en place pour que les enfants français ne soient plus obligés d'être séparés de leurs proches. 

"Cela fait 15 ans que les handicapés français doivent aller en Belgique, c'est un scandale. Il n'y aura plus de créations de places en Belgique pour les adultes handicapés. Nous travaillons à la fin de cet exil forcé. Mais nous continuerons à aider ceux qui sont en Belgique. Nous avons une enveloppe de 90 millions d'euros. Nous allons trouver une solution pour tous ceux qui veulent revenir en France" a ainsi précisé Sophie Cluzel sur RMC.

Pourtant, les familles restent sceptiques: comme Denise Elle est la mère de Vincent, 31 ans, atteint d’autisme sévère. 

En 2011, par manque de place en France, elle est obligée de le placer dans un établissement en Belgique. Mais 10 ans après et des centaines d’allers-retours plus tard, elle espère faire rentrer son fils le plus vite possible en France.