RMC

Chant en arabe dans une école corse: "Il n'y a pas de tension extrême", estime le maire du village

Invité ce jeudi de Jean-Jacques Bourdin, le maire de Prunelli-di-Fiumorbo, en Haute-Corse, a regretté la polémique qui a suivi l'annulation de la kermesse de l'école à cause de parents qui ne voulaient pas que leur enfant chante un couplet de la chanson Imagine en arabe.

Des professeurs menacés et qui font jouer leur droit de retrait lundi et mardi, des tags racistes, une enquête ouverte contre des parents d'élèves… on pourrait croire tendu le climat à Prunelli-di-Fiumorbo, en Haute-Corse, tout ça à cause d'un couplet de la chanson Imagine de John Lennon qui devait être chanté en arabe par les élèves du village à la kermesse de l'école, finalement annulée. Il n'en est rien, selon le maire Pierre Simeon de Buochberg, invité de Jean-Jacques Bourdin ce jeudi. "La commune est assez calme, a-t-il assuré. Il faut relativiser, cette affaire fait grand bruit mais ce n'est qu'un problème de communication entre les parents et les enseignants".

"La polémique s'est nouée à l'extérieur de l'école"

Selon l'élu, "la polémique s'est nouée à l'extérieur de l'école. Tout ça a été monté en épingle sur les réseaux sociaux et on se retrouve avec des graffitis devant l'école". Ce que déplore Pierre Simeon de Buochberg. Chanter un couplet d'une chanson en arabe, "ce n'est pas quelque chose d'extraordinaire", a-t-il ajouté, mais "ça fait peut être peur aujourd'hui". Tout en déplorant "un amalgame" entre langue arabe et terrorisme, le maire de Prunelli-di-Fiumorbo assure que, malgré les tags racistes devant l'école, "la communauté maghrébine de la commune ne se sent pas visée. J'étais sur le parvis de l'école hier matin (mercredi) et tout le monde discutait très simplement. Il n'y avait pas de tension extrême".

P. G. avec Jean-Jacques Bourdin