RMC

Collèges, lycées: des élèves déjà en vacances depuis 3 semaines

Les conseils de classe se déroulant début juin, de nombreux collégiens et lycéens sont déjà en vacances.

Les conseils de classe se déroulant début juin, de nombreux collégiens et lycéens sont déjà en vacances. - Frank Perry - AFP

Si les vacances scolaires ne débutent que le 3 juillet au soir, de nombreux élèves de collèges et de lycées sont déjà en vacances en raison de la réquisition de leurs établissements et professeurs pour les épreuves du bac et du brevet. Un casse-tête pour les parents.

La date officielle de fin des cours a beau être prévue le vendredi 3 juillet au soir, en ce moment Maé, élève de 5e, "fais les boutiques, va au cinéma et à la piscine". Comme elle, de nombreux collégiens et lycéens sont déjà en vacances depuis le début du mois de juin, leur établissement ou leurs professeurs étant réquisitionnés pour les épreuves du baccalauréat et du brevet. Les conseils de classe sont déjà passés depuis près d'un mois pour les collégiens, mais aussi pour les élèves de seconde, et certains sont donc en vacances depuis trois semaines.

"Ils nous ont dit qu'on pouvait ne pas venir"

Rayan, 11 ans, a rendu ses livres il y a une semaine après son conseil de classe. Son collège est centre d'examen pour le brevet. "Nos professeurs disaient qu'on aurait deux heures de cours maximum par jour. Ils nous ont dit qu'on pouvait ne pas venir". Cela peut surprendre, mais il assure qu'il préfèrerait avoir cours. "Parfois il n'y a rien à faire, il n'y a pas de copains dehors et on est tout seul", se désole-t-il.

Comme ses deux parents travaillent, Rayan reste chez sa grand-mère. Mais cette réalité pose problème aux parents. Nathalie a appris il y a dix jours que son fils Ethan serait en vacances dès mardi. "Il va finalement aller chez son père mais il y a une semaine de battement. J'ai voulu me retourner vers la ville, mais il n'y a rien d'organisé. Donc il y a des gamins de 11 ans qui vont se retrouver sans rien".

"Les parents sont toujours dans la difficulté"

"La situation met en colère Valérie Marty, présidente de la Peep, fédération de parents d'élèves. "L'éducation nationale ne doit pas dire 'oui c'est un problème mais nous ne savons pas le régler'. Que le bac ou le brevet désorganise toute l'Éducation nationale, ce n'est pas entendable. C'est incohérent et pas du tout éducatif, et les parents sont toujours dans la difficulté. C'est anormal qu'un calendrier scolaire aille jusqu'au mois de juillet et qu'on perde un mois". Certaines écoles et mairies ont trouvé des solutions: des stages de remise à niveau dans des entreprises et des associations. Quant aux autres, ce sera piscine, cinéma ou boutiques…

Philippe Gril avec Judith Chetrit