RMC

Collégiens blessés lors d'une intervention policière: "J'ai assisté à quelque chose d'inimaginable"

Le collège Robert Surcouf, à Saint-Malo, doit fermer à la rentrée 2017

Le collège Robert Surcouf, à Saint-Malo, doit fermer à la rentrée 2017 - Capture Google Streetview

Des parents d'élèves et des collégiens ont été violemment dispersés, ce jeudi matin, devant un collège à Saint-Malo alors qu'ils bloquaient l'entrée en guise de protestation contre la fermeture de l'établissement. Trois adolescents ont été légèrement blessés dans ces échauffourées.

L'usage de la force était-il nécessaire ? Jeudi matin, à 7h30, une quarantaine de parents, d'enseignants et leurs élèves se trouvent devant le collège Surcouf à Saint-Malo. Tous ont appris dans la presse la fermeture de l'établissement à la rentrée prochaine, un choc pour ce quartier populaire. En guise de protestation, les parents d'élèves décident de bloquer les grilles de l'établissement avec des chaînes et espèrent des explications du Conseil départemental.

La réponse du rectorat ne se fait pas attendre. Une douzaine de policiers débarque en milieu de matinée, force le passage en fonçant sur le groupe qui bloquait l'entrée du collège. Dans la bousculade, plusieurs enfants et adultes se retrouvent à terre. Un élève de 6ème et deux élèves de 3ème sont emmenés à l'hôpital, pour des blessures légères. Pour le préfet de région, "l'usage de la force a été proportionnelle aux circonstances". Le conseil départemental, lui, regrette cette manière de faire mais ne compte pas renoncer à la fermeture du collège.

"J'ai assisté à quelque chose d'inimaginable dans ma carrière à savoir des enfants molestés, se retrouvant par terre, sans avoir, eux-mêmes, eu recours au moindre geste déplacé envers les forces de l'ordre", déplore, quant à elle, sur RMC, Zahia Avril professeur de musique dans cet établissement. C'est extrêmement choquant de voir une petite jeunesse, dont les plus âgés n'ont pas plus que 14 ans, se faire molester tout ça alors qu'ils exprimaient leur attachement à un collège de quartier. C'est très choquant".

M.R avec Claire Andrieux