RMC

Commémorations du centenaire de la bataille de la Somme: "C'est le Verdun des Britanniques"

Ce vendredi, la famille royale britannique, François Hollande et David Cameron célèbrent le centenaire de la bataille de la Somme, à Thiepval. Pourtant la plus meurtrière de la Première Guerre mondiale, cette bataille est assez oubliée côté français alors qu'elle demeure très importante dans la mémoire britannique.

Il est 7H30 ce 1er juillet 1916, à Thiepval dans la Somme. Des dizaines de milliers de soldats britanniques et français lancent "l'offensive de la Somme" vers les lignes allemandes. Plus précisément, il s'agit d'une double offensive pour faire sauter le verrou allemand et mettre fin à une interminable guerre de tranchées. Le plan de bataille est simple: un déluge d'artillerie pour permettre à l'infanterie d'occuper ensuite le terrain. Conséquence de cette pluie de coups de feu, le 1er juillet 1916 reste comme le jour le plus sanglant de l'histoire britannique avec 20.000 morts ou disparus et 40.000 blessés.

Au total, en cinq mois que dura la bataille, 1,2 million de soldats ont trouvé la mort, dont 420.000 Britanniques, autant d'Allemands et environ 200.000 Français. Ce qui en fait la bataille la plus meurtrière de la Première Guerre mondiale et l'une des plus meurtrières du XXe siècle. Cent ans jour pour jour après le début de cette offensive, ce vendredi ont lieu les cérémonies commémoratives en présence de la famille royale britannique, David Cameron et François Hollande.

"Ce n'est pas juste une page d'un livre d'Histoire"

Cette bataille si elle reste très importante dans la mémoire britannique, a été beaucoup plus oubliée côté français. La plupart de ceux qui rendent aujourd'hui hommage aux combattants viennent donc d'outre-Manche. Parmi eux, Rose. Cette mère anglaise ne connaît presque rien de celui pour qui elle a fait le déplacement jusque dans la Somme. Mais, pour elle, venir ici était aussi important pour l'histoire que pour sa famille.

"On peut sentir le courage et tout ce que les anciens soldats vivaient. Ce n'est pas juste une page d'un livre d'Histoire, estime-t-elle. C'est incroyable !" Une ferveur du souvenir de la bataille de la Somme que constate Sylvain Pinard, président de l'association "14-18 en Somme". "Eux ne se sont pas battus sur leur sol donc quand ils viennent se recueillir, c'est un voyage qui s'organise, se mûrit. Finalement, c'est véritablement un pèlerinage, presque au sens religieux du terme", souligne-t-il.

"Le jour le plus sanglant de l'armée britannique"

Mais "surtout, il y a eu plus de 20.000 morts dès le premier jour de la bataille côté anglais", rappelle Alexis Lafon, historien: "C'est le 'Boodiest Day', à savoir le jour le plus sanglant de l'armée britannique". Ce qui fait dire à Gilles Marseille, guide sur les champs de bataille de la Somme, que "la Somme est le Verdun des Britanniques": "Ils ont perdu tellement d'hommes. Près de 60.000 hommes à terre en comptant les blessés, les disparus et les tués et sur ce chiffre 30.000 tombent dans les six premières minutes du combat".

Voilà certainement pourquoi cette bataille est aussi importante pour les Britanniques. Et Gilles Marseille d'avancer une dernière raison: "A Verdun, il y a eu un système de roulement alors que dans la Somme ce sont grosso-modo les mêmes unités qui sont restées pendant le temps de la bataille. Ce qui fait que quasiment toutes les familles françaises ont un soldat qui est allé à Verdun et pas forcément dans la Somme. Alors que chez les Britanniques, quasiment toutes les familles ont été impactées par la bataille de la Somme".

Maxime Ricard avec Claire Checcaglini