RMC

Confinement: pas toujours les bienvenus, ces Parisiens obligés de cacher leur plaque d'immatriculation

A la Baule, certains arrivants ont trouvé un stratagème pour se fondre dans le décor et prolonger un peu leur plaisir à l’abri des remontrances.

Ni vu ni connu... ou presque. Fin du week-end de Pâques à La Baule en Loire-Atlantique. Pendant ces trois jours, la cité balnéaire a vu sa population quadrupler. Sur place, cette fin de week-end prolongé est un peu un soulagement pour les locaux qui vont retrouver un certain calme.

Destination Paris pour ce train bondé, signe de la fin de week-end. Et pour cette Betty, il était temps. Pas de masque, ni distanciation, trois jours de cauchemar pour cette Bauloise.

“Les gens se croient en vacances. Il fait soleil, ils vont en bord de mer et donc ils ne font plus attention. Il y avait une décontraction, mais qui frise l’irresponsabilité”, estime-t-elle.

D’autres ont laissé l'orage passer. Colette et Jean-Paul retrouvent leurs marques. “Il y avait une inquiétude avant le week-end, mais finalement, ça s’est bien passé. On a fait attention parce qu’on savait qu’il allait y avoir beaucoup de monde. Mais là on repart en espérant qu’on puisse faire notre marche pendant deux heures”, assure Colette.

>> A LIRE AUSSI - Troisième confinement: voici les motifs de déplacements autorisés avec la nouvelle attestation

Mais tous les touristes ne sont pas partis. Laurence connaît un petit indice pour mieux les repérer. Un autocollant collé sur la plaque d’immatriculation des touristes. Il cache le département d’origine de leurs voitures. “Certains Parisiens ont voulu cacher leur plaque parce qu’il y a eu des mots assez désagréables mis sur les pare-brises”, indique-t-elle.

Modifier sa plaque d'immatriculation

Un numéro gagnant pour passer inaperçu, c’est le 44, signe d’appartenance à la Loire-Atlantique et donc à la ville. Un camouflage que recommande cet étudiant Baulois. “C’est comme la rivalité Lyon Saint-Etienne. Si tu vas à Saint-Etienne avec une plaque de Lyon, tu te fais rayer ta voiture. C’est un peu la même chose ici”, indique-t-il.

>> A LIRE AUSSI - Non, c'est interdit de modifier soi-même le logo d'une plaque d'immatriculation

Cet autocollant précieux est devenu introuvable, explique Franck Louvrier, le maire.

“C’est vrai que nous nous sommes retrouvés en rupture de stock jeudi soir de ce petit sticker. Ca veut dire que les personnes qui ne sont pas d’ici ont tout de suite voulu s’intégrer à La Baule et donc passer pour des Baulois et c’est une très bonne chose, ça veut dire que nous sommes attractifs", appuie-t-il.

Mais tout le monde est le bienvenu rappelle le maire. “Il n’y a pas d’ennemis. Il y a seulement des gens qui doivent faire attention parce que quand vous êtes ici, même si vous avez l’impression d’être en vacances, le virus est toujours là. Donc il faut continuer à être prudent comme ça nous continuerons à pouvoir accueillir des Franciliens, des Nantais ou des Angevins”, explique le maire.

Pour les 4 semaines de confinement, il devra quand même composer avec une population deux fois plus nombreuse que d’habitude.

Maryline Ottmann avec Alfred Aurenche avec Guillaume Descours