RMC

Décès d'un enfant à la cantine: "On a tous pleuré"

C'est dans cette école qu'a eu lieu le drame

C'est dans cette école qu'a eu lieu le drame - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Un garçon de neuf ans est mort jeudi dans une école de l'Ain après avoir mangé à la cantine, victime d'un choc allergique aigu, selon les secours. À l'école élémentaire Charles Juliet de Jujurieux où a eu lieu le drame, l'émotion est vive.

Un enfant de neuf ans a trouvé la mort, ce jeudi à la mi-journée, après avoir pris son repas dans une cantine scolaire de l'Ain. Selon un médecin urgentiste qui l'a pris en charge, le garçon a été "victime d'une crise d'asthme aiguë, due à un choc anaphylactique" (réaction allergique exacerbée, ndlr), dont l'origine n'est pas connue à ce stade. Le drame s'est passé au groupe scolaire Charles Juliet de Jujurieux, à une trentaine de kilomètres au sud-est de Bourg-en-Bresse.

Mathias, élève en classe de CM2, était asthmatique et allergique au lait. Il s'est senti mal après avoir mangé son repas hier midi à la cantine scolaire. Les pompiers n'ont pas pu le ranimer. Prévenu par le personnel de l'école, lorsqu'ils sont arrivés, le garçon était inconscient et en arrêt cardiaque. Pendant près d'une heure, ils ont tenté de le ranimer, en vain.

"Il était dans le coma parce qu'il a mangé du lait"

À l'école élémentaire où a eu lieu ce drame, chacun tente de trouver une explication et surtout de rassurer les enfants. Au micro de RMC, Vincent, un camarade de Mathias, raconte, les larmes aux yeux, ce qui est arrivé à son meilleur copain : "Il est tombé par terre, il était dans le coma parce qu'il a mangé du lait". A l'annonce de ce décès, élèves et enseignants se sont effondrés. Lisa, une autre camarade de classe, en témoigne : "On a tous pleuré. On était tous très, très triste".

Pourtant, un protocole adapté à la maladie du petit Mathias avait été mis en place par cet établissement de 230 élèves : des repas sans lait et une procédure d'urgence en cas de problème comme l'explique Anne Bollache, la maire du village. "On a des tables de 8 personnes mais lui est systématiquement assis à une table de 4 et il a toujours une ou deux places de libre de part et d'autre de lui" affirme-t-elle. Et de poursuivre: "Il est donc difficile qu'il mange dans une autre assiette du fait de cet éloignement physique et que les autres enfants lui donnent quelque chose je ne pense pas non plus car ils étaient tous au courant de sa situation".

"C'est compliqué de trouver les mots"

Ce vendredi matin, à l'image de Gaëlle, il est très difficile pour les parents d'expliquer à leurs enfants ce s'est passé. "On ne pense pas qu'à 9 ans on peut mourir. Nos enfants comprennent qu'on est censé mourir quand on est vieux mais pas à l'école, pas quand on est en train de jouer. Ils ne comprennent pas, ils ont peur parce que c'est une situation qu'ils ne connaissent pas… C'est compliqué de trouver les mots pour les soulager car ils viennent de perdre un copain". A noter que l'école devrait rouvrir normalement dans la matinée. Une cellule psychologique a toutefois été mise en place.

Maxime Ricard avec Gwenaël Windrestin