RMC

Cadeaux de Noël: les petits Franciliens plus gâtés que les enfants des autres régions

Un cadeau de Noël

Un cadeau de Noël - Unsplash

Les petits Franciliens reçoivent plus de cadeaux que les enfants des autres régions. Une différence qui s'explique notamment par l'inflation et les disparités économies. Et qui induit d'autres comportements moins avouables.

Ce dimanche, tous les enfants ou presque ont découvert les cadeaux sous le sapin. Mais en fonction de là où l'on habite, il n'y en a pas autant... Les disparités entre Paris et le reste de la France se ressentent jusqu'aux cadeaux de Noël. C'est ce que confirme une étude Kantar pour eBay.

A Noël, pour ce qui concerne les cadeaux, mieux vaut résider en région parisienne qu'ailleurs. Parce qu'en Île-de-France, le budget moyen par enfant pour les cadeaux est de 242 euros, soit 58 euros de plus que la moyenne du reste de la France, 184 euros.

Ce que dit aussi l'étude, c'est que les enfants franciliens reçoivent en moyenne 5,5 jouets chacun contre 6,5 jouets pour les autres. Moins de jouets donc pour les petits Franciliens, mais des jouets un peu plus chers.

Les jeunes Franciliens très exigeants

Ce n'est pas vraiment une surprise, mais avec l'inflation le phénomène est encore plus marqué: l'Île-de-France, plus riche que les autres, distribue plus de cadeaux. Car les autres régions, notamment les plus rurales, subissent beaucoup plus fortement le poids de l'inflation notamment avec l'envolée des prix à la pompe. Il y a donc à l'arrivée moins de place pour les cadeaux qu'en Île-de-France.

Et surtout, en région parisienne, on retrouve beaucoup de sièges très grandes entreprises et donc beaucoup de salariés qui bénéficient de chèques cadeaux de la part de leur comité d'entreprise, ce qui permet de faire un peu plus de présents aux enfants.

Voilà pourquoi les petits Franciliens sont plus gâtés que les autres, et pourtant, selon l'étude Kantar pour eBay, ce sont également ceux qui apprécient le moins leurs cadeaux. En moyenne, 2,2 cadeaux reçus ne leur plaisent pas, contre 1,2 seulement pour les petits provinciaux.

Guillaume Paul