RMC

Faut-il redistribuer une partie de la "cagnotte fiscale"?

-

- - -

Grâce à une croissance plus dynamique que prévu, l'Etat prévoit un surplus de recettes fiscales de 4,3 milliards d'euros. Certains députés appellent à une redistribution d'une partie de ces milliards supplémentaires.

4,3 milliards d'euros de surplus de recettes fiscales. A la faveur d'une croissance plus dynamique que prévu en 2017, les recettes fiscales sont plus importantes que prévu.

Face à la grogne sociale et aux polémiques sur le pouvoir d'achat des Français, certains députés, comme Aurélien Pradié (LR), appellent à la redistribution d'une partie de cette "cagnotte fiscale":

"Je pense que le sujet doit être ouvert, et qu'on ne doit pas l'aborder avec un mépris presque supérieur consistant à dire que les Français seraient presque des enfants à qui on ne doit rien céder. Le sujet n'est pas de faire plaisir au Français, le sujet, c'est de compenser la hausse de la CSG, l'augmentation des prix du carburant, la baisse des APL. L'idée n'est pas seulement de faire une redistribution de l'excédent à des citoyens mais aussi aux territoires pour qu'ils puissent mieux assurer les services publics", a-t-il expliqué au micro de RMC.

"La France s'endette de 2.000 euros chaque seconde"

Mais le gouvernement est ferme: ce surplus servira au désendettement de l'Etat. Olivier Véran, rapporteur (LREM) de la commission des Affaires sociales à l'Assemblée, rappelle que la France est encore "dans le rouge":

"Je rappellerai que la France s'endette de 2.000 euros chaque seconde. Je ne voudrais pas que l'on fasse croire aux Français que nous avons les moyens de dépenser davantage que ce que nous faisons dans la mesure où, je le rappelle, nous nous endettons encore chaque jour et nous avons des déficits qu'il faut encore combler. Nous avons des engagements européens et au-delà, nous devons pouvoir conforter notre modèle social dans les années à venir et pour les générations à venir. Le temps de la redistribution viendra mais pour l'instant nous sommes encore dans le rouge même si nous en sortons doucement".
E.B. et V.J (avec P.B.)