RMC

Coupe du monde: un bon parcours des Bleus aurait-il un impact sur l'économie française?

Si c'est forcément bon pour le moral, un bon parcours de l'équipe nationale dans une compétition sportive n'aurait que très peu d'impact sur l'économie française. Invité sur RMC ce mercredi, Luc Arrondel, économiste au CNRS, explique que d'après les études faites ces dernières années notamment à l'issue de l'Euro, les montants générés par ces événements restent très marginaux.

Il est aisé de penser que si l'équipe de France de football réalise un bon parcours en Coupe du monde, l'économie française s'en porterait mieux. Cela pourrait être par les ventes dans les bars, les achats de maillot et autres produits dérivés à l'issue de la compétition etc.

Cependant, d'après Luc Arrondel, économiste au CNRS et auteur de l'ouvrage L'argent du football, les montants générés par ce type de compétition sportive sont peu significatifs.

Invité sur RMC ce mardi, il a expliqué qu'un "bon parcours de l’équipe de France, c'est forcément bon pour le moral, donc ça n’est pas mauvais pour l’économie, mais si on regarde l’impact sur le PIB du pays, ça sera "complètement marginal".

L'Euro a généré un milliard d'euros

En effet, selon l'économiste, "dans toutes les études qui se font en amont, on a tendance à dire que ça va avoir un impact sur l’économie, mais dans toutes les études qui sont faites après, on s’aperçoit que l’effet a été marginal", concède-t-il.

Par exemple, l'Euro de football en 2016, organisé en France et dans lequel les Bleus ont eu un bon parcours, n'a généré qu'un milliard d'euros.

En revanche, outre le côté financier, cela a un impact sur le bonheur des Français. "En économie, on développe depuis quelque temps des mesures plus subjectives, ça se traduit par le bonheur ressenti, le bien-être", affirme l'économiste.

Plus de bonheur que d'habitude

D'après les études faites sur l'impact de grands événements comme les Jeux olympiques ou l'Euro, "on s’aperçoit que pendant l’événement et notamment quand les équipes nationales font des bons parcours, les gens ressentent plus de bonheur que dans leurs habitudes".

Concrètement, ces compétitions sont bonnes pour le moral, mais elles n'auraient que peu d'impact sur l'économie.

AB