RMC
INFO RMC

"Si je paye ma facture, je ferme fin janvier": la détresse d'un boulanger face aux prix de l'énergie

La hausse des prix de l'énergie a des conséquences terribles pour les artisans. Julien Pedussel, boulanger à Rieux, a reçu une facture de 13.000 euros en décembre contre 1.800 euros habituellement. Une somme astronomique qu'il ne peut absolument pas se permettre de payer pour la viabilité de son commerce. 

Nouvelle année, mais mêmes problèmes pour les artisans, les commerçants ou les restaurateurs en 2023, qui voient leurs factures d'énergie exploser. Électricité, gaz, carburants... toutes les différentes énergies voient leur prix partir à la hausse. Le gouvernement a bien mis en place un amortisseur pour les diminuer de 20%, mais cela ne suffit pas du tout.

Julien Pedussel, par exemple, est le gérant de la boulangerie, "Le Fournil de Rieux", dans un village picard de l'Oise. S'il ne reçoit pas d'aide sous peu, il va devoir fermer. Au lieu des 1.800 euros habituels, Julien Pedussel a reçu une facture à près de 13.000 euros pour le mois de décembre. Un énorme coup de massue.

“Si je paye cette facture-là ce mois-ci, je ne peux pas payer ni mes ouvriers, ni mes charges, ni mes fournisseurs. Ce serait la fin de l’entreprise à la fin du mois alors que les clients sont là, qu’ils sont satisfaits de nous”, confie-t-il..

Il travaille quasi dans le noir pour économiser l'énergie

Pourtant, Julien a tout fait pour réduire sa facture. Il fabrique ses gâteaux et ses viennoiseries quasiment dans le noir depuis plusieurs mois. La situation lui déchire le cœur. “C’est mon travail, c’est ma vie. Je passe peut-être 18h dans mon labo, ce n’est pas possible”, dénonce-t-il la voix tremblante.

"Il faut qu'on se fasse entendre"

Julien a décidé de manifester ce lundi pour la première fois de sa vie. Il passera la journée sur le rond-point de la ville voisine, pour attirer l'attention sur les difficultés des artisans. “Il faut qu’on se fasse entendre parce que sinon, ce sont des dizaines de boulangeries voire plus qui vont devoir fermer. C’est des ouvriers, des familles”, déplore-t-il.

Il peut compter sur le soutien de Marc Mouilleseaux, maire de ce village de 1.600 habitants.

“On tient à notre France des villages, à nos petits commerces. C’est un écosystème en fait et s’il y a un maillon qui part, ça fragilise le reste. Il faut absolument que les pouvoirs publics se saisissent de la question”, estime-t-il.

Le 6 décembre, le gouvernement avait annoncé des aides supplémentaires pour les petites entreprises. Julien les attend toujours.

Margaux Boulte (avec Guillaume Descours)