RMC

Grève des éboueurs à Marseille: "Si ça continue, ça va être un carnage" pour la nature

Eric Akopian, président et fondateur de l’association Clean My Calanques, était l’invité d’"Apolline Matin" ce jeudi sur RMC. La grève des éboueurs de Marseille suscite une grosse inquiétude quant à l’impact sur la nature.

Encore des dizaines de tonnes de déchets dans la nature et dans la mer ? C’est ce que craint le président fondateur de l’association Clean My Calanques, Eric Akopian, en raison de la grève des éboueurs à Marseille. "Pour l'instant, on a assez peur, on se tient prêt à toutes les éventualités. Avec la pluie et le vent, les déchets pourraient se retrouver très vite dans la nature", a-t-il expliqué dans "Apolline Matin" ce jeudi sur RMC.

La situation s’enlise à Marseille entre les syndicats et la métropole. Le syndicat FO, majoritaire à la métropole Aix-Marseille-Provence, a rejoint ce mercredi le mouvement de grève des éboueurs à Marseille sur l'application des 35 heures, mouvement initié par la CGT fin novembre puis rejoint par l'Unsa et la FSU.

>> Retrouvez tous les podcasts de RMC

"On essaye de prévenir, de sensibiliser"

Après une première concertation mardi entre les organisations syndicales et des représentants de la métropole, un nouveau rendez-vous a été fixé le 14 décembre. Donc, en résumé, rien ne bougera jusqu’à la semaine prochaine. 

"Trente tonnes de déchets s'étaient déversées en octobre, rappelle Eric Akopian après le mouvement précédent. C'est fatiguant de devoir demander encore aux citoyens de faire des efforts pour ne pas subir de nouveau la situation d'octobre, qui était une catastrophe. Si cela continue, cela va être un carnage. Ça nous épuise. On essaye de prévenir. Le mieux, c’est de sensibiliser." Avec l’association Clean My Calanques, les Marseillais sont donc invités à "se tenir prêts pour faire des ramassages d'urgence".

LP