RMC

Hôpital Necker vandalisé: "S'attaquer à des enfants en détresse, ce n'est pas correct"

TEMOIGNAGES – L'hôpital Necker-Enfants malades de Paris a été vandalisé en marge de la manifestation nationale contre la loi Travail. Des témoins de ces incidents ont fait part de leur émotion ce mercredi sur RMC.

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) a annoncé mardi vouloir "porter plainte" après l'"attaque inadmissible" de l'hôpital Necker-Enfants malades, vandalisé en marge de la manifestation nationale contre la loi travail à Paris. Non protégé, l'établissement a été ciblé par les casseurs: 15 baies vitrées ont été défoncées à la masse et taguées : "Ne travaillez jamais". "J'en ai envie de pleurer de voir ça. Je ne comprends pas. Je suis en colère", témoigne sur RMC Amandine qui a son enfant hospitalisé à Necker et qui était sur place au moment des débordements.

"Nos enfants sont malades. Ils ont besoin de tranquillité, de repos et il y avait un boucan d'enfer", poursuit-elle tout en assurant: "On est tous révoltés contre quelque chose mais je pense qu'il y a d'autres moyens de se faire entendre". Pour Khan, qui a lui aussi un enfant hospitalisé à Necker, "c'est la consternation": "Nos enfants sont malades, on n'a pas besoin de terreur et eux non plus". Il considère que "s'attaquer à des enfants en détresse, ce n'est pas correct, ce n'est pas bien".

Valls et Touraine sur place

Elodie Leqoc, interne à l'hôpital Necker, est choquée par ce qu'elle a vécu. "On a vu les CRS se retrouver par terre, assommés. On a donc demandé à tout le monde de rester à l'intérieur. Malheureusement beaucoup d'enfants ont vu les scènes qui se sont produites. Je pense qu'il va falloir que l'on donne des explications à un certain nombre d'entre eux pour qu'ils n'aient pas l'impression que les scènes de violences qu'ils ont vues étaient normales, indique-t-elle. Ça a quand même pas mal perturbé la journée de tout le monde."

A noter que Manuel Valls s'est rendu ce mercredi matin, avec Marisol Touraine, la ministre de la Santé, à l'hôpital Necker, dans le XVe arrondissement de Paris, pour constater les dégâts provoqués par des casseurs en marge de la manifestation contre le loi Travail. "J'ai tenu à marquer la solidarité du gouvernement et, j'en suis sûr, celle de tous les Français vis-à-vis des équipes de l'hôpital qui ont subi hier une agression intolérable. De mémoire, c'est la première fois que l'on s'attaque ainsi à un hôpital. Personne ne peut ignorer que c'est un hôpital. Derrière ces vitres, il y a en plus le bloc opératoire."

M.R avec Thomas Chupin