RMC

"Il y a de quoi avoir le moral à zéro": 87% des petits patrons craignent pour l'avenir

INFO RMC. 87% des responsables de TPE assurent aborder la rentrée avec un état d'esprit négatif, selon le baromètre du Syndicat des indépendants que RMC révèle ce mardi.

Le moral en berne des petits patrons. 87% des responsables de TPE (moins de 10 salariés) abordent la rentrée avec un état d'esprit négatif. C'est le résultat inquiétant du baromètre du Syndicat des indépendants que RMC dévoile ce matin en exclusivité.

Le taux de défiance face à l'avenir n'a jamais été aussi élevé: 65% des personnes interrogées envisagent même une cessation d'activité d'ici la fin de l'année. 245.000 TPE ont d'ailleurs fait faillite depuis le début de l'année, comme l'avait déjà révélé L'observatoire statistique des greffiers des tribunaux de commerce, soit 25% de plus que l'année dernière.

"L'argent ne rentre pas"

A Castres, Rémi Buresi voit arriver les dernières heures de son magasin de chaussures, et en parle déjà comme s'il n'existait plus. "On s'est quand même pris les Gilets jaunes, les retraites, deux ans de Covid... Il y a eu une désertion de ma boutique. L'argent ne rentre pas", se désole-t-il.

Il explique avoir contracté un PGE (prêt garanti par l'Etat) de 345 euros par mois. "Ça paye tout le monde sauf moi: mes fournisseurs, le loyer, l'Urssaf, la TVA...", souffle-t-il.

Rémi Buresi a décidé récemment de cesser son activité, fatigué par les difficultés économiques rencontrées ses dernières années. Jean-Guilhem Darré, délégué Général du Syndicat des indépendants et des TPE, confirme qu'il n'y a que peu de perspectives positives: "Il y a en plus une augmentation de charges courantes, donc il y a de quoi avoir le moral à zéro".

Pour alléger la pression sur les TPE, il demande un délai supplémentaire de 2 ans pour rembourser les prêts garantis par l'Etat.

62% déclarent une rémunération inférieure à 1.500 euros, contre 44% en 2019

Plus de la moitié (53%) des responsables des 3 millions de TPE qu'il y a en France, selon l'Insee, constatent en effet une baisse de leur chiffre d'affaires depuis le début de l'année. Depuis le début de l'année 2022, 62% des indépendants et dirigeants de TPE (hors micro-entrepreneurs) déclarent une rémunération inférieure à 1.500€ nets par mois, alors qu'ils n'étaient que 44% dans ce cas au titre des revenus 2019.

Les secteurs les plus touchés par cette crise des TPE sont l'alimentaire, mais aussi l'habillement, les chaussures et la maroquinerie.

Romain Poisot (édité par J.A.)