RMC

Interdire les manifestations pendant l'Euro? Apparu est pour, "entrez au gouvernement!" lui répond Mailly

Benoist Apparu et Jean-Claude Mailly ont débattu mercredi sur RMC sur l'interdiction des manifestations.

Benoist Apparu et Jean-Claude Mailly ont débattu mercredi sur RMC sur l'interdiction des manifestations. - Montage RMC - AFP

DÉBAT - Manuel Valls a demandé ce mercredi à ce que la CGT prenne "ses responsabilités" et arrête d'organiser des manifestations. Une déclaration sur laquelle ont débattu ce mercredi Benoist Apparu, député LR et Jean-Claude Mailly de Force ouvrière sur RMC.

Manuel Valls ne "changera pas" la loi Travail. Au lendemain d'une nouvelle manifestation contre le projet de loi El Khomri, le Premier ministre a réaffirmé sa fermeté sur France Inter et demandé l'arrêt des manifestations, alors que des débordements ont eu lieu en marge de la mobilisation. Des propos d'un Premier ministre que Jean-Claude Mailly de Force Ouvrière juge "martial".

"J'ai trouvé un Premier ministre martial ce matin, plutôt pyromane qu'apaiseur de tensions. Je crois que le Premier ministre a un vrai problème d'aptitude au compromis", estime-t-il sur RMC.

Pour lui, Manuel Valls est responsable si trois mois après le début de la mobilisation contre la loi, des manifestations ont encore lieu. "S'il acceptait de travailler sur le texte et de ne pas rester droit dans ses rangers, il n'y aurait plus de manifestations", considère-t-il tout en condamnant les violences qui ont eu lieu. 

"Une situation sécuritaire particulièrement complexe"

Benoist Apparu soutient au contraire la position de son candidat Alain Juppé qui propose d'interdire les manifestations en cas de "menace évidente à l'ordre public".

"Nous avons une situation sécuritaire particulièrement complexe, un Euro à protéger avec des fan zones à protéger, les attentats continuent de se perpétrer en France et la manifestations génèrent de la casse de façon lourde, massive et scandaleuse", estime le député Les Républicains.

Pour lui, les manifestations de mardi ont bien constitué "un trouble à l'ordre public massif". Les organisations syndicales devraient "en tirer les conséquences" et si besoin "interdire les manifestations" poursuit-il. 

"Entrez au gouvernement si vous êtes d'accord avec Manuel Valls", lui lance Jean-Claude Mailly. Le syndicaliste met en parallèle les violences lors des manifestations et les heurts entre hooligans à Marseille. "Quand on a vu ce qui s'est passé à à Marseille, alors on interdit l'Euro 2016 aussi?", questionne-t-il.

Benoist Apparu se défend de vouloir "décerner je ne sais quel brevet au gouvernement" mais pour lui "la situation de sécurité en France est intenable pour les forces de police". Il suggère que "le temps de l'Euro" les manifestations cessent.

Carole Blanchard