RMC

Patrick Pouyanné, le PDG de Total, publie son salaire sur Twitter et justifie son augmentation

Accusé d’avoir reçu une augmentation de salaire de 52%, le PDG de Total Patrick Pouyanné s’est justifié en publiant sa rémunération sur les dernières années dans un message publié sur Twitter.

Patrick Pouyanné, le patron de Total, a justifié ce mardi l’augmentation de sa rémunération de 52% en 2021, dans un message sur Twitter. "Je suis fatigué de cette accusation de “m’être augmenté de 52%”", écrit le PDG sur le réseau social, avec un graphique présentant ses salaires annuels entre 2017 et 2021.

La rémunération du patron de Total a bien augmenté de 52% en 2021, soit environ 2 millions d’euros, sauf qu’elle avait baissé de 2 millions d’euros en 2020, année de la crise sanitaire, lorsque Patrick Pouyanné a baissé son salaire et a subi une forte baisse de sa part variable liée aux résultats difficiles de 2020. La moyenne de son salaire annuel, sur les dernières années, est stable autour de 6 millions d’euros.

Comment est calculée sa rémunération ? Ce n’est pas Patrick Pouyanné qui s’augmente. Son salaire est proposé par le conseil d’administration de Total Energies, puis est voté par les actionnaires au cours de l’assemblée générale, qui sont de plus en plus vigilants. La moitié des résolutions votées avec les majorités les plus faibles concernent les rémunérations. Ce n’était pas le cas avant.

Moins bien payé que les patrons des autres grands groupes pétroliers mondiaux

Est-ce que c’est une rémunération excessive, indécente ? Patrick Pouyanné est payé à peu près comme les autres patrons du Cac 40. Et il est deux à trois fois moins bien payé que les patrons des autres grands groupes pétroliers mondiaux comme BP ou Exxon. Et son bilan à la tête de Total est bon.

On peut être choqué par l’écart avec le Smic: 30 fois dans les années 1980, 200 fois aujourd’hui. Balayons l’argument du marché mondial des patrons: 90% de nationaux issus de la boite et c’est le cas de Patrick Pouyanné.

La vraie explication: la taille des entreprises a elle aussi été multipliée par six ou sept depuis 1980 et la rémunération des patrons a suivi. Avec plus d’enjeux et la même proportion de coût pour l’entreprise.

Le plus important, c’est que les règles qui déterminent la rémunération des dirigeants des grands groupes soient transparentes. Le vrai seuil critique est celui qui nuit à l’entreprise.

Emmanuel Lechypre