RMC

Pénurie de serveurs: "On a une France d'assistés qui ne veut rien foutre" lance Sarah Saldmann

Dans la restauration, c'est la panique. Il reste 200.000 postes de saisonniers à pourvoir et le secteur pourrait faire appel à des étrangers, alors que le métier n'attire plus les travailleurs français.

Va-t-il y avoir une pénurie de serveurs cet été? C'est ce que craint depuis plusieurs semaines le secteur, qui pourrait puiser dans une immigration ciblée, notamment en faisant appel à des serveurs tunisiens pour assurer le service. Car tous les emplois de la restauration sont concernés et plus de 200.000 postes saisonniers sont à pallier.

Pour l'avocate Sarah Saldmann, la raison de cette pénurie n'est que la faute des Français qui ne veulent plus travailler, malgré la hausse des salaires négociée entre syndicats et patrons.

"Ces personnes sont payées au Smic et ce n’est pas attractif dans la mesure où l’on a des personnes sous perfusion d’aides qui sont vautrées dans leur canapé à bouffer des chips toute la journée et qui se disent ‘tiens je ne bosse pas’. Pourquoi ? Parce qu’ils se disent que s’ils cumulent toutes les aides, ils auront la même chose. Donc ils préfèrent rester sur leur canapé et ne rien foutre", assure-t-elle sur le plateau des "Grandes Gueules" ce lundi sur RMC et RMC Story.

Pas de 13e mois mais une hausse des salaires

"Il faudrait augmenter les salaires et rendre les choses plus attractives. C’est très dur d’être serveur, on est debout toute la journée, ce n’est pas facile. Tant qu’on aura une France d’assistés qui ne veut rien foutre, il faudra trouver des solutions alternatives pas souhaitables", ajoute Sarah Saldmann.

Si la mise en place d'un 13e mois a été écartée, une rémunération minimum de 5% au-dessus du Smic a été mise en place et les salaires ont connu une hausse récente de 16,33%. Insuffisant cependant pour permettre le retour des employés. Pour l'instant.

G.D.