RMC

Plus d’un tiers des Français préfèreraient rester au chômage plutôt qu’être malheureux au boulot

Dans "Charles Matin" ce vendredi sur RMC, Emmanuel Lechypre se penche sur l’étude qui montre que 35% des Français préféreraient en effet rester au chômage plutôt qu’être malheureux dans leur emploi.

Les Français sont de plus en plus exigeants sur la qualité de vie au travail, selon la dernière publication du baromètre Workmonitor réalisé par Randstadt dans 34 pays du monde.

  • 35% des Français préféreraient en effet rester au chômage plutôt qu’être malheureux dans leur emploi
  • 57 % d’entre eux n’hésiteraient pas à refuser un emploi ne permettant pas un équilibre entre vie professionnelle et vie privée
  • Près des trois quarts des répondants ont déclaré que la flexibilité en termes de lieu de travail était pour eux essentielle

Des exigences qui s’expliquent aussi par une moindre peur de perdre son emploi. 24% des travailleurs craignent de perdre leur emploi, c’est beaucoup moins que dans le monde (37%).

L’inflation a des impacts sur la retraite

La flambée de l’inflation a également un impact sur les attentes des travailleurs en matière de retraite.

Près d’un tiers (30 %) des baby-boomers en France retardent leur départ à la retraite en raison de leur situation financière (26 % au niveau mondial) et 70 % des travailleurs interrogés affirment ne pas pouvoir prendre leur retraite aussi tôt qu'ils le souhaiteraient en raison de problèmes d’argent.

Dans le même temps, l'âge envisagé de départ à la retraite a également augmenté. L'année dernière, 72 % des répondants français pensaient prendre leur retraite avant 65 ans. Ils ne sont plus que 67% aujourd'hui.

Emmanuel Lechypre