RMC

PME menacées par les retards de paiement: "Je suis toujours dans le orange"

Un tiers des entreprises ne respectent pas le délai légal de paiement (illustration).

Un tiers des entreprises ne respectent pas le délai légal de paiement (illustration). - Pagament factures Consorci - Flickr

La loi sur la transparence de la vie économique est étudiée en conseil des ministres ce mercredi. Elle prévoit notamment de durcir les sanctions contre les entreprises mauvaises payeuses. RMC est allé à la rencontre d'un patron de PME qui subit ces retards de paiement.

Aujourd'hui, près d'un tiers des entreprises ne respectent pas le délai légal de paiement estimé à 60 jours. Des retards qui handicapent en particulier les petites entreprises, comme celle de Christophe. Ce chef d'une petite entreprise de 10 salariés dans le bâtiment à Clamart doit sans cesse relancer ses clients.

"Il y a aussi le temps du déplacement physique pour dire 'il faut nous payer'. On se déplace, c'est fatiguant psychologiquement, on en est à quémander", soupire-t-il.

A la fin du mois, ces retards de paiement ont de graves conséquences pour l'entreprise.

"J'ai 35.000 euros dehors qu'on me doit. La conséquence c'est qu'on ne peut pas payer en temps et en heures le RSI, l'Ursaf… Je ne suis pas dans le rouge, mais ce qui est très ennuyeux c'est d'être toujours dans le orange".

Immobilier, restauration et télécom, mauvais payeurs

Parmi les mauvais payeurs en France, on compte de grands groupes de l'immobilier, de la restauration ou des télécoms. En tête des mauvais élèves, Numéricable et SFR avait dévoilé Bercy en fin d'année dernière.

Dans le cadre de la loi sur la transparence de la vie économique, l'Etat veut renforcer le plafond de la sanction financière qui passerait de 375.000 euros à 2 millions d'euros. Ces mesures ne sont pas suffisantes pour Pierre Pelouzet, le médiateur des entreprises. "Il faut qu'il y ait du dialogue. C'est pour ça que la médiation existe. Nous sommes là pour recréer du lien, mettre les gens autour de la table, régler le conflit et payer cette entreprise qui en a cruellement besoin". En attendant, la pérennité des PME est menacée. Un quart des faillites sont dues à des retard de paiement.

Carole Blanchard avec Pauline Baduel