RMC

Policier tabassé à Nantes: "Il m'a dit avoir entendu les jeunes dire qu'ils allaient le buter"

-

- - Capture écran

TEMOIGNAGES - Une vidéo publiée sur Facebook samedi montre l'agression violente d'un policier en marge d'un rassemblement contre la loi Travail à Nantes au début du mois. Ce mardi sur RMC, un de ses collègues raconte.

Une nouvelle vidéo d'agression d'un policier extrêmement violente. Les images datent du début du mois de mai, à en croire le titre de la vidéo, mais elles ont été publiées sur Facebook seulement ce samedi. Ce mardi matin, elle comptait déjà plus de huit millions de vues sur Facebook. Ce mardi 4 mai, des manifestants menacent de caillasser les Galeries Lafayette dans le centre-ville de Nantes. Yves est à la tête d’une colonne de gendarmes mobiles, il arrive en premier sur les lieux et lance une grenade défensive. La tension monte.

Sur les images de la vidéo on le voit avec sa matraque, faire signe aux gendarmes de le suivre. Mais ils sont trop loin et ne voient pas le geste de leur commandant derrière la fumée des gaz lacrymogènes. Yves charge tout seul les manifestants et se retrouve immédiatement encerclé et frappé. Il tombe à genoux, ses agresseurs lui enlèvent son casque et le tabassent. La vidéo s’arrête là mais pas les coups de barre de fer sur la tête. Yves s’en tire avec de nombreux points de suture et 5 jours d'ITT. Aujourd’hui en congés, il reste extrêmement choqué.

"Il a reçu des coups au visage"

Xavier Menger, délégué du syndicat de police Synergie à Nantes et collègue d'Yves, estime que celui-ci est un miraculé: "Il s'est retrouvé seul face à une violence qu'il n'a jamais connu auparavant dans sa carrière. Il a reçu des coups au visage, notamment des coups de barres de fer. Il se rappelle, avant que le sang ne lui voile la vue, avoir reçu un coup de pied-de-biche à l'arrière du crâne".

"Et lorsqu'il était au sol, immobile, il m'a dit avoir entendu les jeunes autour de lui dire qu'ils allaient le buter, témoigne encore Xavier Menger. On peut donc difficilement dire qu'ils n'avaient aucune intention de le blesser. La volonté était claire: tuer un policier dans l'exercice de ses fonctions". Depuis les faits, un lycéen de 18 ans impliqué dans l’agression a été arrêté et mis en examen pour tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique.

Maxime RIcard avec Claire Andrieux