RMC

Réforme des retraites: après avoir été interpellé par un enseignant à Pau, Macron promet de "continuer à expliquer et concerter"

RMC
En déplacement à Pau, le chef de l'Etat a été interpellé par une petite manifestation d'avocats en colère et un échange tendu avec un enseignant.

Emmanuel Macron a affirmé mardi à Pau que le gouvernement allait "continuer à expliquer et concerter" sur la réforme des retraites afin de lever une "inquiétude" selon lui "légitime". 

"Quand on prend la peine d'expliquer et d'écouter, on peut lever beaucoup d'ambiguïtés", a-t-il ajouté au cours de la visite d'une usine à Pau. Même si, a-t-il ajouté, "on ne lèvera pas le mécontentement de gens qui protègent" des régimes spéciaux "auxquels je me suis engagé à mettre fin".

Quelques instants auparavant, Emmanuel Macron avait été interpellé sur ce thème avec une petite manifestation d'avocats en colère et un échange tendu avec un enseignant. 

"Vous patachonnez dans la tête"

Si plusieurs dizaines d'avocats en robe noire portant une banderole "Avocats en colère" se sont rassemblés devant la mairie de Pau où ils ont attendu en vain le chef de l'Etat, Emmanuel Macron a été pris à partie par un professeur de maths de collège qui lui a crié de "retirer" sa réforme des retraites. Le président s'est alors arrêté pour discuter avec lui pendant plusieurs minutes.

"Ne donnez pas de légion d'honneur à BlackRock, ce n'est pas exemplaire", lui a lancé l'enseignant, en faisant allusion à la décoration récemment attribuée à Jean-François Cirelli, patron de la branche française du puissant fonds américain. "Vous mélangez tout, vous patachonnez dans la tête", lui a reproché Emmanuel Macron.

"Non, la réforme des retraites est un cadeau pour tous ces gens-là, car les gens seront obligés de prendre des (retraites) à côté, regardez les enseignants", a poursuivi le professeur. "C'est faux", a contesté le président. L'échange, sur un ton vif, s'est un peu prolongé avant de se conclure par une poignée de main.

La rédaction de RMC (avec AFP)